Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Avis de rejet par le rapporteur public

Publié le 1 Décembre 2021 par Thierry BILLET

Le rapporteur public auprès du Conseil d'Etat propose le rejet du recours de JLR pour les élections municipales. Ni l'écart de voix minime, ni le nombre égal de procurations parvenues tardivement, ni l'utilisation des moyens municipaux et parlementaires, ni les appels à voter sur FB la veille et le jour des élections, ni les affichages sauvages n'auront suffi à le convaincre. Nous saurons à l'audience publique du 2 décembre pour quelles raisons juridiques il considère qu'elles sont insuffisantes. Alors que le Conseil d'Etat a annulé une élection municipale au motif d'une erreur d'une liste ... non élue ou qu'il vient d'annuler l'élection de BONDY avec un écart de voix en pourcentage bien plus important... A suivre donc !

 

commentaires

Le père Noël est une ordure...

Publié le 30 Novembre 2021 par Thierry BILLET

C'est le slogan de la publicité du prestataire choisi par l'équipage ASTORG/LARDET pour le Noël des ALPES (je n'invente rien, hélas...). Et les deux photos ci-dessous montrent qu'il est à la hauteur de son slogan. Lundi matin, j'entendais Place François de Menthon le verre qui tombait dans les camions benne de l'agglomération pour partir à l'incinération. Et sur le square de la déportation tout est à l'abandon depuis plusieurs jours comme les restes du montage des chalets... Triste à pleurer. Et tellement loin des belles déclarations de nos élus sur la réduction des déchets à la source. 

Le père Noël est une ordure...
Le père Noël est une ordure...
commentaires

Délibéré mi décembre

Publié le 26 Novembre 2021 par Thierry BILLET

On m'interroge sur le contenu de la page FB d'une radio locale qui semble confondre l'eau du lac avec la mer des Sargasses. Selon elle, nous aurions demandé l'inéligibilité de toute la liste ASTORG/LARDET et aurions laissé filer un délai de cinq jours et serions donc forclos. On apprend dans les écoles de journalisme que le devoir fondamental d'un journaliste est de vérifier les faits, de recouper les informations... Un simple coup de fil aurait permis à cette radio de ne pas mentir.

Nous n'avons dépassé aucun délai de procédure. Et nous n'avons pas demandé l'inéligibilité de tous les colistiers parce qu'il est impossible juridiquement de l'obtenir : c'est la tête de liste seule qui peut être déclarée inéligible et c'est elle qui est seule responsable des comptes de campagne car elle en est le garant. 

Par contre, nous avons bien demandé l'inéligibilité de Mme LARDET pour l'utilisation de ses moyens parlementaires et donc de l'argent public. Pour ne donner qu'un seul exemple, ses assistants parlementaires ont participé à sa campagne activement comme le prouvent des attestations de ses colistiers et ses assistants ont été payés dans le cadre d'autorisations d'absence rémunérées, mais rémunérées non pas sur les deniers propres de Mme LARDET mais par les fonds de l'Assemblée Nationale. Donc de l'argent public dévoyé de son utilisation pour le travail parlementaire au profit de l'intérêt personnel de la candidate à l'élection municipale.

Et nous avons également demandé l'inéligibilité de M. ASTORG car il a en tant que maire émis des factures à M. ASTORG candidat pour "sécuriser" son compte de campagne en présentant des factures en face de l'utilisation des moyens municipaux à MEYTHET et à CRAN GEVRIER. Nous avons fourni ces factures au Conseil d'Etat (nous n'en disposions pas lors de l'audience devant le Tribunal administratif). C'est la preuve incontournable de l'utilisation des moyens municipaux pour la campagne électorale de RÉVEILLONS ANNECY.

Nous verrons ce que le Conseil d'Etat décide; mais dans tous les cas, j'aurai fait ce que la morale exige = ne pas laisser sans saisine de la Justice des faits qui relèvent à l'évidence de la prise illégale d'intérêts.

La décision sera rendue mi décembre. Si l'élection est annulée, la gestion de la Ville sera confiée pour 2 mois au Préfet et le Maire ne pourra plus rien signer en l'attente de la nouvelle élection générale que le Préfet convoquera.

Pour information, le CE vient d'annuler l'élection municipale  de BONDY (67 voix d'écart et 9 000 votants) pour la seule distribution et l'affichage d'un article bidonné du PARISIEN LIBÉRÉ la veille du scrutin. 

 

 

commentaires

Marché de Noël, marchés tronqués

Publié le 22 Novembre 2021 par Thierry BILLET

Les chalets du marché de NOEL made in ROUMANIE au nom de l'éco-responsabilité de l'équipe ASTORG/LARDET ne sont que la partie immergée du laxisme municipal en matière de commande publique et de respect des engagements pris par les prestataires de la Ville. 

Un autre exemple sur le plan environnemental : les chalets installés sur le square de la déportation comprennent au moins deux bars. Petit problème : il devait s'agir selon le marché passé par la Ville d'un « Univers familial du Village du Père Noël localisé Square des Martyrs de la Déportation ». S’agissant d’un lieu dédié aux enfants et aux familles est-il acceptable d’avoir un bar à vins (chalet Chérubin) et un bar à bières artisanales (chalet Bieronomy) ? sans oublier des soirées organisées par un restaurateur TOUS les soirs pendant 6 semaines de 18h à 21h30 (les chalets de Bonlieu) sans que cela soit indiqué dans le mémoire technique du groupement tel qu'il a été validé par la commission d'appel d'offres de la Ville. Tout cela n'a plus rien à voir avec un "univers familial" ; ce sont des débits de boisson à quelques mètres de la stèle aux déportés qui a toutes les chances de devenir une pissotière la nuit tombée. 

Sur le plan environnemental, au même endroit, les eaux usées seront évacuées dans des barils derrières les chalets : qui va les vider ? Où partira toute cette eau usée chargée de lessive ? Des centaines de litres d'eau sale seront déversées par les exploitants dans le réseau d'eaux pluviales ET donc directement dans le lac. 

Bravo Mme SERRATE, Bravo M. ASTORG - pour ne citer que les décideurs directs -  de votre attention à la pollution du lac.

Autre manquement : le prestataire s'était engagé à mettre en place des toilettes sèches; si vous en trouvez quelque part, signalez le moi. Il y a bien des algeco mais ils n'ont jamais fonctionné  avec de la sciure et des lombrics.

Je ne parle pas ici des questions de sécurité avec les tentes qui ne tiendront pas la neige si elle tombe et qui n'étaient pas du tout prévues au marché, les sapins coupés partout alors que la Ville avait validé des sapins "replantables", etc.

Et j'oubliais les chauffages au gaz bientôt interdits par la loi CLIMAT mais pour lesquels les élus annéciens n'ont pas voulu anticiper la réglementation alors qu'il suffisait de l'inscrire dans le cahier des charges au bénéfice de couvertures ou d'autres moyens non émetteurs de gaz à effet de serre. Il fallait juste y penser et utiliser la nouvelle loi. Du travail, effectivement et du temps à passer en mairie...

Comme l'a dit en substance Monsieur ASTORG en conclusion du dernier conseil municipal, "toutes ces polémiques sont inutiles, l'important est que les gens s'amusent". Drôle d'écologistes qui se moquent du respect de la parole des prestataires de la Ville, de la qualité des eaux du lac et du bilan carbone de cette manifestation symbolique. Je sais qu'il me répondrait que c'est le domaine réservé de Mme LARDET, adjointe au commerce... Et c'est bien là que le bât blesse : dans l'attelage à deux cochers que les Verts et le PS ont imposé à ANNECY en s'alliant avec les députées LRAM il n'y a plus de pilote dans l'avion; mais des ambitions contraires qui aboutissent au fiasco actuel.

commentaires

La fabrique des illusions

Publié le 18 Novembre 2021 par Thierry BILLET

La majorité municipale a décidé de voter l'adhésion d'ANNECY à l'association "la fabrique des transitions" dans le cadre d'un projet collectif partagé, piloté au titre d'une gouvernance démocratique assurée par un mode de fonctionnement exigeant, permettant la co-construction permanente au sein de collectifs dédiés, assurant une agilité numérique pertinente au regard des objectifs affichés, sans oublier les outils méthodologiques idoines tant sur le plan de la recherche que sur celui de l'opérationnalité. Je plaisante à peine, jetez un oeil au site internet de cette association.

Une fabrique des illusions de plus pour des élus désoeuvrés centrés sur leur nombril, celui de la recherche de la "bonne" méthode qui leur a permis de si bien mobiliser 2,5% des annéciens sur leur budget pseudo-participatif.

commentaires

3 226 euros par votant, un échec majeur pour la majorité municipale

Publié le 17 Novembre 2021 par Thierry BILLET

Il faut regarder les choses en face : le "bugdet participatif" mis en place par ASTORG/LARDET aura coûté 3 226 euros par annécien votant (3 070 pour 120 000 habitants) pour dépenser 1 million d'euros; soit 3 226 euros par votant. Autant de moins qui n'ira pas dans d'autres politiques publiques, comme le social où Mme SERRATE déclarait il y a quelques semaines qu'i n'y avait pas de budget d'investissement cette année. Car ce qui est dépensé au titre du budget participatif est retiré à d'autres budgets : il n'y a pas d'extension du budget possible. Le choix politique fait par l'équipe municipale actuelle a été de retirer 1 million d'euros à d'autres investissements nécessaires pour les mettre à disposition de 3 000 annéciens qui en ont fait ce qu'ils ont voulu à partir de "projets" si vagues ou si pointillistes qu'ils perdent toute crédibilité opérationnelle.

Et c'est sans compter les frais de fonctionnement engagés pour tenter de faire vivre cette politique : le site internet, le vote, les vacataires qui ont essayé de convaincre les annéciens de voter. Tout ça pour réussir à motiver 3 000 personnes, c'est à dire, soyons réalistes, les copains des gens qui avaient soumis des projets.

L'idée d'associer les habitants est bonne; mais la méthode choisie par ASTORG/LARDET est un échec majeur : 2,5% des annéciens ont participé.  Autrement dit le petit cercle des amis des porteurs de projet = un échec majeur qui montre l'indifférence hostile des annéciens à l'égard des initiatives "démocratico-verbales" de la majorité actuelle.

 

commentaires

Le tramway pour la transition écologique

Publié le 15 Novembre 2021 par Thierry BILLET

JLR présente nos propositions pour des transports collectifs pertinents et ambitieux pour la transition énergétique et la qualité de l'air en vue du prochain conseil communautaire du Grand Annecy. 

 

Tram et bus: choisir avec les habitants.

    1. l’histoire récente et le projet de territoire 
En 2017, plusieurs EPCI se sont regroupés pour former le Grand Annecy concomitamment à la création de la commune nouvelle d’Annecy.
Ce nouveau périmètre a permis d’envisager une organisation plus structurée de la mobilité , ce qui n’était pas possible avant.
L’Agglomération Grand Annecy avec ses 210 000 habitants porte aujourd’hui le projet de transport en commun.
Mais il faut considérer le besoin de mobilité à l’échelle du bassin de vie et de son attractivité avec 320 000 habitants environ.
Et l’on sait que l’évolution démographique sera encore en hausse même si un fléchissement aura lieu dans les années à venir.
Les besoins de mobilité seront donc accrus, mais pourront être dans le futur partagés, voir financés, au niveau du bassin de vie.
 
Après la constitution du Grand Annecy, les élus ont décidé de porter avec les habitants, les associations, le monde économique, … un projet de territoire « imagine le Grand Annecy » pour avoir une vision politique partagée à l’horizon 2030.
Cet exercice démocratique sans précédent réalisé en 2018 et 2019 a fait ressortir le besoin de mieux organiser la mobilité et particulièrement d’étudier un réseau de transports à partir du tramway, demande exprimée sans réserve par les habitants.
Un vote du conseil d’agglo en 2019 a donc lancé les études de tramway.
 
2) les enjeux du territoire 
 
Lutter contre le réchauffement climatique, améliorer la qualité de l’air avec la création d’une zone à faible émission au cœur de l’agglomération est un enjeu prioritaire.
Apaiser le cœur de ville et créer des liaisons de transport structurantes pour le territoire contribueront également à une meilleure urbanisation.
L’accès au cœur de ville et la circulation dans Annecy et au bord du lac concerne tout le monde: les Annéciens , les habitants de l’agglomération, les hauts savoyards.
 
3) Un réseau de transport redessiné et hiérarchisé
  • autour de la voie ferrée: pour les liaisons Paris –Lyon–Chambéry–Genève, mais aussi pour un usage local entre Rumilly, Annecy, Pringy, St Martin et Groisy.
  • à partir d’un réseau urbain lourd structurant : Tramway et BHNS avec 5 branches: 
Un axe Annecy le Vieux (Glaisins, université) /gare d’Annecy/ Cran Gevrier/ Meythet / Epagny. 
Un axe Pringy / hôpital / gare Annecy / SEYNOD cap periaz.
L’axe bord du lac Annecy/ Sevrier / St Jorioz / Duingt.
  • Un réseau de bus repensé avec un maillage circulaire et un système de rabattement dans les zones diffuses vers des pôles d’échanges/ P+R en tête des lignes structurantes. Ce réseau représentera toujours environ 80 % du parc et bénéficiera du redéploiement de moyen de 7 millions d’euros par an liés à la création du réseau structurant nouveau.
Et l’on peut penser que pour l’avenir, dans 20 à 30 ans, les lignes structurantes seront prolongées en direction de Chaux/Albi, de la Balme de sillingy et pourquoi pas en direction des vallées de Thônes comme au siècle dernier.
 
4) le financement 
 
A partir des données et des chiffres des études réalisées par SYSTRA et complétées par TTK, en prenant en compte les perspectives d’évolution du réseau à 30 ans avec les zones de report modaux, les zones d’emploi et les zones d’habitat, trois scénarios sont à considérer : 
  • scénario B: coût 872M€ ( infra 717, MR 105, foncier 50) soit + 313M€ / F
  • Scénario E: coût 690M€ ( infra 603,MR 45, foncier 43) soit + 131M€/ F 
  • Scénario F: coût 559 M€ ( infra 485, MR 37, foncier 37) 
 
Les données retenues et proposées actuellement pour le financement sont :
Un amortissement de l’infrastructure sur 60 ans.
Un emprunt sur 30 ans.
Un coût d’infrastructure du tramway de 30 millions d’euros par kilomètre.
Un coût d’exploitation du tramway de 10 euros par kilomètre.
 
Les fourchettes de coût des tramways existants( données CEREMA) sont :
Un coup de l’infrastructure de 16 à 30 millions d’euros au km.
Un coût d’exploitation de 6 à 10 euros par kilomètre.
 
De manière objective, compte-tenu de l’analyse du territoire, des contraintes techniques, de la possibilité de quelques tronçons à voie unique, des nouvelles technologies de tramways légers et batteries embarquées , nous pouvons retenir: 
un coût d’infrastructure de 25 millions d’euros par kilomètre,
un coût d’exploitation de 8 euros par kilomètre.
De même, pour la réalisation d’un tramway, il est possible d’avoir une durée d’amortissement de l’infrastructure sur 100 ans et une durée d’emprunt sur 50 ans
Avec ces nouvelles données correspondant bien à notre territoire, le besoin de financement annuel évolue de la façon suivante:
Scénario B : passe de 36 M€ par an sur 30 ans à 23 M€ par an sur 50 ans.
Scénario E : passe de 28 M€ par an sur 30 ans à 20 M€ par an sur 50 ans.
Scénario F : 22 M€ par an optimisable à 20 M€ par an sur 30 ans.
 
Cela démontre que l’agglomération Grand Annecy peux réaliser le scénario E avec tramway, avec le même effort financier annuel que pour le scénario F du BHNS, soit 20M€ par an.
La différence étant l’allongement de la durée de remboursement de la dette ( plus 20 ans), charge laissée à nos successeurs, mais avec un projet d’avenir beaucoup plus structurant et attractif pour le territoire.
 
5) Notre responsabilité devant les habitants 
 
Se projeter à 50 ans avec un développement harmonieux de notre bassin de vie privilégiant une organisation en archipels de communes reliées par un système de déplacement efficace et pérenne.
Garantir une bonne qualité de l’air à nos petits-enfants et assurer la transition climatique.
Permettre l’extension du réseau de transport à la totalité du bassin de vie, en garantissant un accès facile au cœur de ville apaisé et au bord du lac.
 
Les habitants ont fait le choix avec le projet « imagine le grand Annecy » d’étudier un réseau de tramway.
Celui-ci est réalisable avec le scénario auquel il pourrait être ajouté ensuite la branche gare Annecy/ Cran/Meythet/Epagny en tram.
 
Il est donc nécessaire de retourner devant eux afin qu’ils expriment de nouveau leur choix, par référendum ou consultation populaire, en leur demandant s’ils acceptent de payer plus longtemps pour disposer d’untransport attractif et pérenne, sans alourdir le besoin annuel de financement prévu, ou non.
 
Jean Luc RIGAUT 
 
commentaires

Pour qu'annecy RESPIRE !

Publié le 13 Novembre 2021 par Thierry BILLET

Mais au fait, la liste ASTORG/LARDET n'était pas la liste "Réveillons ANNECY pour qu'ANNECY respire" ? Le résultat est à la hauteur des espérances comme le montre AIR AUVERGNE RHONE-ALPES avec son application AIR TO GO. Aucune nouvelle de la zone de circulation restreinte que nous avions mise en place, aucune nouvelle de la zone de faible émission que nous avions initiée... 

Pour qu'annecy RESPIRE !
commentaires

Oui au tramway !

Publié le 12 Novembre 2021 par Thierry BILLET

Denis DUPERTHUY veut convaincre que l'agglomération du Grand Annecy fonctionne bien, à l'inverse de la Ville qui dysfonctionnerait. Comment cela se pourrait-il ? Comment la gestion désastreuse du couple déjà divorcé LARDET/ASTORG à la Ville pourrait-elle ne pas avoir de conséquences à l'agglo ? La seule différence est que Denis DUPERTHUY est vice président à l'agglomération et dans l'opposition à la Ville.

Mais l'exemple du tram montre bien que LARDET/ASTORG sont incapables de créer du consensus sur un sujet aussi structurant pour l'avenir de notre territoire. Bien sûr qu'il faut faire le tram pour respecter nos engagements climatiques et permettre le transfert modal de la voiture sur le transport collectif. Mais pour cela il faut une majorité forte et une ligne claire. Exactement l'inverse de l'embrouillamini actuel ! 

La situation serait plus claire si M. ASTORG avait le courage politique de démettre Mme LARDET de ses mandats à la Ville et réciproquement à l'agglomération. Mais ces deux-là et leurs affidés se tiennent par la barbichette de leurs indemnités d'élus qu'ils ne veulent ni les uns ni les autres perdre alors que le Conseil d'état vient de désigner le rapporteur public qui proposera sa réponse à l'annulation de l'élection municipale, désignation qui anticipe de peu l'audience publique. Bref, ça sent le roussi pour les mariés divorcés de l'an 2; autant garder ses indemnités quelques semaines de plus...

La seule solution est le referendum que propose JLR pour redonner la parole aux annéciens sur leur avenir et sortir de l'impasse où la majorité actuelle nous a conduits.

commentaires

Le "détail" roumain qui fait mal

Publié le 9 Novembre 2021 par Thierry BILLET

Et voici donc les camions roumains qui livrent les chalets du Noël des ALPES à ANNECY pour une entreprise belge ou néozélandaise... Un "détail" me direz vous ? Oui mais un détail qui illustre l'amateurisme de l'équipe municipale écologiste/LREM d'ANNECY alors qu'elle nous avait promis monts et merveilles en matière environnementale. Et d'abord, le local, le local, le local ! Privilégier partout et notamment dans la commande publique tout ce qui peut limiter les transports et en particulier les transports en camions. Souvenez vous de la polémique sur l'installation du hangar d'AMAZON juste avant les municipales. Et bien, les camions roumains c'est bien pire puisqu'ils sont là à cause d'un choix parfaitement conscient, organisé, voulu de l'équipe municipale en place de confier le marché à cette entreprise. Alors qu'AMAZON avait utilisé un prête nom pour demander son permis de construire et tromper JLR et l'équipe de l'urbanisme municipal. Mais qui pilote donc tout cela dans cette mairie ? L'adjointe au commerce Mme LARDET, la présidente de la commission d'appel d'offres Mme SERRATE ? Le premier adjoint Benjamin MARIAS qui se pique d'écologie et de conseils (payants) en développement durable ? Et aucun n'a eu l'idée de verrouiller le contrat pour éviter cela ?

Il faut lire la page Facebook de Séverine GRARD pour se rendre compte de l'amateurisme de cette équipe et de son souci de cacher ses erreurs manifestes. Après plus d'un an d'expérience au pouvoir, on ne peut plus parler de manque d'expérience. C'est clairement du "j'm'enfoutisme"... Et, le Conseil d'Etat, vous statuez quand ? On s'impatiente à ANNECY.

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 300 > >>