Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Robustesse du diagnostic sur la qualité de l'air

Publié le 17 Avril 2020 par Thierry BILLET

Je lis sur Facebook des commentaires de la part de candidats de la liste RÉVEILLONS ANNECY qui reviennent sur la question des particules fines et de la contribution majeure du chauffage pour dire en substance "oui c'est vrai, mais ça n'empêche pas que les voitures sont plus polluantes". Difficile effectivement d'admettre que l'on ne règlera pas le problème des poussières fines (PM) en hiver en ne prenant en considération que les voitures.

Avec un tableau issu tout simplement des relevés d'ATMO AUVERGNE RHONE ALPES disponible sur leur site, vous constatez la complète indépendance des évolutions des niveaux du dioxyde d'azote produit par les voitures qui diminue d'une valeur de "2" le 14 mars à "1" à partir du 20 mars et  des PM 10 qui est au niveau "2" le 14 mars, puis  "4" le 16 mars et va monter jusqu'à "5" les 28 et 29 mars. A partir du 15 mars, il n'y a pratiquement plus de voitures, mais le score des PM augmente régulièrement.

Si les voitures étaient les principales responsables des poussières fines, les courbes évolueraient en parallèle = les poussières fines diminueraient en relation avec la diminution du dioxyde d'azote. Tel n'est pas le cas; et donc il faut accepter le fait que les voitures ne sont pas les principales contributrices de la pollution de l'air aux poussières fines à ANNECY.

Ce n'est que sur une base scientifique solide que l'on peut construire une vraie stratégie d'amélioration de la qualité de l'air et non des discours simplificateurs.

Nota : les scientifiques s'accordent pour considérer qu'il y a 70% de PM 2,5 (de moins de 2,5 microns) dans les PM 10 (de moins de 10 microns).

  Indices et sous indices ATMO - Agglomération d'Annecy - 2020
  Indices ATMO COMPLETS Sous indices ATMO COMPLETS
Dates Dioxyde de soufre (SO2) Dioxyde d'azote (NO2) Ozone (O3) Particules (PM10)
14/03/2020 4   2 4 2
15/03/2020 4   2 4 2
16/03/2020 4   3 4 4
17/03/2020 4   2 4 3
18/03/2020 4   2 4 3
19/03/2020 5   2 5 4
20/03/2020 5   1 5 3
21/03/2020 4   1 4 3
22/03/2020 3   1 3 2
23/03/2020 3   1 3 2
24/03/2020 4   1 4 3
25/03/2020 4   2 4 4
26/03/2020 4   2 4 4
27/03/2020 4   1 4 4
28/03/2020 5   1 5 5
29/03/2020 5   1 4 5
commentaires

Les médiathèques d'Annecy vous proposent de nouveaux rendez-vous en ligne.

Publié le 16 Avril 2020 par Thierry BILLET

La Ville agit

Les médiathèques d'Annecy vous proposent de nouveaux rendez-vous en ligne.

Les médiathèques d'Annecy vous proposent leurs ressources en ligne. Retrouvez les sur www.bibliotheques.annecy.fr, gratuitement, 24h/24 ainsi que des activités culturelles et ludiques pour tous :

Atelier d'illustration en ligne pour les enfants, avec l'auteur-illustrateur Antoine Guillopé Apprenez à dessiner Akiko, l'héroïne japonaise de plusieurs de ses albums via un tuto et envoyez vos plus belles créations à akikoannecy@gmail.com.

Atelier d'écriture à distance, pour les ados et les adultes
Chaque semaine écrivez sur une thématique différente. Cette semaine, votre penderie ! En ces temps de confinement, si vous revisitiez votre dressing ? Ce vêtement, cet accessoire l’avez-vous acheté, recyclé, jamais porté ? Quelle sensation, émotion, réactive t-il en vous ? Adressez votre texte avant le 24 avril (1/2 page A4 maximum), à
mediathequelouisemichel@annecy.fr.

Pour rappel, les médiathèques et les boîtes de retours ne sont pas accessibles, mais rassurez- vous, il n'y aura bien sûr pas de pénalités de retard sur les prêts actuellement en cours.

Le service urbanisme reste joignable mais les délais d’instructions sont suspendus.

Le service Urbanisme assure une continuité de service public et reste joignable par mail à l'adresse urbanismereglementaire@annecy.fr ou par téléphone au 04 50 33 89 55.

Cependant, pour toutes les phases liées aux autorisations d’urbanisme (demandes de pièces complémentaires, délais d’instruction, délais de réponse des services extérieurs, délais de recours), les instructions sont suspendues et reportés au 25 mai. Retrouvez une information plus complète sur www.annecy.fr.

La Ville informe

Réouverture partielle de deux bureaux de Poste sur Annecy.

Deux bureaux de Poste rouvriront sur Annecy la semaine prochaine. Il s’agit des bureaux d’Annecy Parmelan et d’Annecy Novel, selon les horaires d’ouverture ci-dessous :

  • Annecy Novel :
    o Réouverturelelundi20avril
    o Les lundi, mercredi et vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

  • Annecy Parmelan :
    o Réouverturelemardi21avril
    o Lesmardietjeudide9hà12hetde14hà17h

    Ces bureaux s’ajoutent aux bureaux d’Annecy coeur de ville, Seynod, Meythet et Annecy-le-Vieux déjà ouverts.

    Les guichets courrier-colis destinés aux professionnels (au sein des plateformes de distribution) d’Annecy (passage du Thiou), d’Annecy-le-Vieux (les Glaisins) et d’Argonay sont également ouverts les mercredi, jeudi et vendredi.

commentaires

Bilan de l’évolution de la qualité sur le Grand Annecy après 3 semaines de confinement.

Publié le 15 Avril 2020 par Thierry BILLET

État des lieux au début avril 2020... Deux polluants sont particulièrement suivis et des plans d’actions sont mis en œuvre depuis plusieurs années sur le Grand Annecy  pour les particules fines et le dioxyde d’azote. Il apparait donc intéressant pendant la période de confinement de constater les impacts sur les concentrations de ces composés.

Le dioxyde d’azote (NO2) est un gaz émis lors des combustions et donc le trafic routier est le contributeur majoritaire de ce polluant, particulièrement en milieu urbain. La baisse de ce polluant entre la semaine avant le confinement et les 3 semaines suivantes est particulièrement conséquent avec 50% de baisse sur les 3 stations de mesures du Grand Annecy. Les niveaux enregistrés pendant le confinement sont équivalents à ceux observés habituellement en milieu rural. La réduction du trafic automobile se mesure clairement dans cette diminution des concentrations de NO2.

Les particules fines (PM10 et PM2,5) sont majoritairement émises par le chauffage au bois non performant sur le Grand Annecy. On observe une stagnation, voire une légère augmentation des niveaux de ces particules sur l’ensemble des stations de mesure du Grand Annecy. La station de mesure située boulevard de la Rocade, qui est en prise directe avec le trafic, voit ainsi ses concentrations stagner de 19 µg/m3 la semaine avant le confinement à respectivement 19, 26, et 19 µg/m3 les 3 semaines suivantes. La réduction drastique de l'impact du trafic routier a donc été sans effet sur les poussières fines.

Plusieurs explications viennent argumenter l’augmentation constatée la 2ème semaine de confinement pour les particules fines. Il a été observé des températures 2,6 degrés plus froides en moyenne que la semaine avant le confinement et 3 journées consécutives avec des gelées matinales. Ainsi l’augmentation des besoins en chauffage des particuliers a été plus conséquente.

Les épandages agricoles peuvent également expliquer une part de l’augmentation des particules car ils ont été particulièrement nombreux la seconde quinzaine de mars et sont générateur de particules. Les agriculteurs épandent en cette période du lisier qui produit de l'ammoniac, lequel produit des particules fines détectées par les capteurs d'ATMO.

Loin des poncifs sur la qualité de l'air développées par certaines associations ne tenant pas compte des réalités météorologiques de nos vallées montagnardes, le chauffage au bois est bien en hiver le responsable essentiel des émissions de poussières fines ; la réduction du trafic automobile sans impact sur la production au boulevard de la rocade le démontre de manière empirique.

Ainsi les premiers résultats de l’impact du confinement sur la qualité de l’air à ANNECY mettent en avant la nécessité d'accentuer encore les efforts sur notre FONDS AIR BOIS contre le chauffage au bois non performant. Nous avons déjà signé plus de 400 conventions et notre objectif est de 3 000. Il faut pour cela que nous nous convainquions tous que la voiture n'est pas la seule responsable de nos problèmes de qualité de l'air. Et que les faux prophètes acceptent de tenir compte de la réalité locale.

commentaires

« Hydroxychloroquine, l’amour à mort »

Publié le 13 Avril 2020 par Thierry BILLET

Dans sa chronique du 11 avril, Stéphane Foucart, journaliste au « Monde », analyse l’emballement actuel autour de la chloroquine, traitement promu par le professeur Didier Raoult contre le Covid-19. Je dois à la vérité - pour avoir reproduit il y a quelques semaines l'article d'un blogueur genevois qui s'est fait depuis le chantre inconditionnel de la chloroquine - de porter cet article à votre connaissance. L'absence totale de groupe témoin en parallèle de celui qui reçoit le traitement est effectivement stupéfiant d'un point de vue scientifique et probatoire...

Chronique. Les Français plébiscitent la chloroquine. A près de 60 %, selon un sondage IFOP, ils sont convaincus de son efficacité pour traiter le Covid-19. Sur les réseaux sociaux, des centaines de milliers de personnes réclament la libéralisation de sa prescription. Un ancien ministre de la santé, Philippe Douste-Blazy, lance une pétition en ce sens et recueille un demi-million de signatures. De distingués professeurs, des politiques de droite et de gauche, abondent. Le chef de l’Etat lui-même se déplace à Marseille pour capter quelques éclaboussures de la gloire qui auréole ces jours-ci le microbiologiste Didier Raoult (Institut hospitalo-universitaire, IHU, Méditerranée infection), promoteur du remède miracle. Tout en lui apportant, après celle de Donald Trump, une seconde caution présidentielle.

Le pays semble sombrer dans la folie. L’engouement pour l’hydroxychloroquine est même, à certains égards, presque aussi inquiétant que la maladie qu’elle est supposée soigner, et qu’elle ne soigne probablement pas. Il faut bien sûr attendre, pour s’en convaincre tout à fait, les résultats des études de qualité lancées sur le sujet. Ils ne tarderont pas. Mais il est déjà certain que la communication outrancière autour de la chloroquine et ses dérivés a jusqu’à présent été fortement délétère.

Elle conduit à des achats de masse qui risquent de priver de ce produit des malades qui en ont vraiment besoin. Elle induit des comportements d’automédication mortifères. Quant à l’administration d’hydroxychloroquine aux malades du Covid-19, elle a jusqu’à présent provoqué en France une cinquantaine d’accidents cardiaques graves, dont sept arrêts du cœur et la mort d’au moins quatre patients, selon les données de la pharmacovigilance. Or celle-ci ne capte généralement qu’une petite part des effets indésirables d’un traitement. La réalité est sans doute bien plus lourde. Tout cela pour des bénéfices dont il n’existe, au moment où ces lignes sont écrites, aucune preuve tangible.

Méthode défectueuse

L’enthousiasme planétaire pour ce produit repose sur la publicité donnée à un essai publié fin mars par l’équipe de M. Raoult dans la revue International Journal of Antimicrobial Agents (IJAA). Cet essai suggère une baisse de charge virale plus marquée chez les patients recevant l’hydroxychloroquine, additionnée ou non d’un antibiotique (l’azithromycine), par rapport à ceux ne recevant ni l’un ni l’autre. Mais voici une autre manière de présenter les résultats de cette étude : parmi les patients ayant reçu le traitement, 3,8 % sont morts et 11,5 % ont vu leur état se dégrader au point qu’ils ont été transférés en soins intensifs. Quant aux patients non traités, aucun n’est mort, aucun n’a été transféré en soins intensifs.

« Cela ne prouve rien ! », répondront les promoteurs de l’hydroxychloroquine. Et ils auront raison. La méthode utilisée pour conduire l’essai est si défectueuse que ces considérations ne prouvent rien. Ni dans un sens ni dans l’autre. Avec des critères d’inclusion flous, des données manquantes, un groupe traité dont la moyenne d’âge est supérieure de près de 15 ans à celle du groupe témoin, et un effectif total d’une trentaine de sujets, vous ne pouvez en effet rien prouver. Et ce n’est là qu’un petit échantillon des griefs de la communauté scientifique à l’endroit de cet essai. Au point que la société savante éditrice de la revue a publiquement fait savoir que l’étude en question n’était pas conforme à aux critères de qualité attendus.

Peu après cette première étude, en voici une nouvelle, des mêmes auteurs, non encore publiée mais communiquée sur le site de leur institut. Cette fois, 80 malades du Covid-19 ont été traités à l’hydroxychloroquine et à l’azithromycine, et ont été comparés à… rien du tout. Les thuriféraires du traitement préciseront que la grande majorité des sujets ont guéri. C’est en effet appréciable. Et c’est heureux, car une grande majorité des malades du Covid-19 guérissent aussi, sans ce traitement.

Conflits d’intérêts

La réalité est que, dans le cas d’une maladie faiblement létale dont l’histoire naturelle est imparfaitement connue, vous ne pouvez rien montrer sans groupe témoin. Ni dans un sens ni dans l’autre ; ni avec 80 sujets ni avec mille.

Peu importe : la succession d’annonces tonitruantes produit un fracas médiatique qui occulte des questions importantes. Qui sait que les hôpitaux suédois cessent de recourir à la chloroquine ou ses dérivés, pour cause d’effets secondaires ? Qui sait que son potentiel antiviral in vitro n’a jamais été confirmé in vivo ?

Comme le rappellent Maurizio Guastalegname et Alfredo Vallone (hôpital Jazzolino, Italie), dans une correspondance à la revue Clinical Infectious Diseases, la chloroquine et ses dérivés peuvent de plus avoir des effets paradoxaux. Dans le cas du chikungunya, « l’infection a été renforcée par le traitement à la chloroquine » sur des primates, écrivent les deux médecins. Sur des humains, la chloroquine n’a pas affecté la phase aiguë de la maladie mais, précisent-ils, « les complications chroniques du chikungunya ont été plus fréquentes dans le groupe traité par rapport au groupe témoin ».

Quoi qu’il arrive désormais, l’enthousiasme pour la chloroquine a sans doute atteint dans l’opinion la masse critique nécessaire à son auto-entretien. Même si elle s’avère inutile ou dangereuse, aucune réfutation ne parviendra probablement à en entamer le crédit. On suspectera de la corruption, l’influence de l’industrie pharmaceutique, etc.

D’ailleurs les conflits d’intérêts ne sont, dans cette histoire, pas nécessairement là où on les attend : partenaire industriel de l’institut de M. Raoult, Sanofi est aussi l’un des principaux producteurs d’hydroxychloroquine. Un conflit d’intérêts qui aurait certainement dû figurer dans l’étude publiée par IJAA.

commentaires

Voler dans les plumes de PLUME

Publié le 12 Avril 2020 par Thierry BILLET

Le 20 février, je vous avais fait part de mon point de vue sur l'application PLUME abondamment utilisée par nos détracteurs avant les municipales pour dénoncer  la mauvaise qualité de l'air (QA)  à ANNECY. Je vous écrivais que cette application était "bidonnée". M'étonnant que nos concurrents ne fassent plus état des résultats de PLUME, je l'ai à nouveau téléchargée. Nos concurrents devraient trouver sur PLUME la preuve qu'avec la quasi suppression du trafic automobile, la qualité de l'air s'est bigrement améliorée. Et illustrer de ces résultats ce qu'ils imputent à l'incurie de l'équipe municipale sortante. Mais je ne vois plus passer ces partages à l'envie des copies d'écran de PLUME pour dénoncer notre médiocrité. Alors quoi ?

De deux choses l'une; soit PLUME est une application sérieuse et ses résultats sont fiables en toutes circonstances et donc nos concurrents doivent les admettre même quand ils ne sont pas conformes à leurs hypothèses ; soit PLUME est une application bidon qui ne sert qu'à dramatiser la situation sur la qualité de l'air pour vendre son appareil de mesure à 179 euros, et alors il faudrait rendre hommage à la Vérité en reconnaissant qu'ils ont utilisé une base d'analyse fausse pour mener leurs campagnes municipales.

En avoir le cœur net est simple.

D'abord quelle est l'unité de mesure de PLUME pour qualifier la QA ? On connaît deux seuils officiels : les recommandations de l'organisation mondiale de la santé (OMS) et les valeurs limites de l'Union Européenne. L'application PLUME explique qu'elle utilise un indice "AQI Plume" dont personne ne saura jamais à quoi il correspond au regard des recommandations de l'OMS ou des valeurs limites de l'Union européenne.

Mais il suffit de lire les différents écrans pour comprendre.

Leur indice AQI est en fait la valeur la plus forte des différents polluants tels qu'ils apparaissent en haut de l'écran. Vous dire d'où viennent ces chiffres pour chaque polluant, je ne sais pas. Mais si l'indice le plus élevé est de 100 pour l'ozone (o3), alors l'AQI sera de 100 et la qualité de l'air mauvaise. Si l'indice est le plus élevé est de 12 pour le Dioxyde d'azote (NO2), la QA sera bonne...  Il n'est pas besoin d'être un grand toxicologue pour savoir que l'effet pathogène de l'O3 et celui des poussières fines de moins de 2,5 microns (PM 2,5) n'est pas le même. Mais cela n'a aucune importance pour PLUME : cette application n'a aucune volonté d'être scientifiquement fiable : il faut faire peur pour vendre. Et donc retenir la valeur maximale pour en faire l'indice de qualité de l'air le plus dégradé possible.

Et maintenant, que dit PLUME de la situation actuelle sans voiture ? On peut s'attendre à une amélioration exceptionnelle de la situation puisqu'il n'y a plus de voiture entre le samedi 14 mars et le samedi 11 avril. Et bien pas du tout comme le montrent les images ci-dessous par exemple.  AQI = 59 le samedi 11/04 avec une pollution "élevée" et AQI = 15 le samedi 14/03 avec une pollution "faible".

 

Voler dans les plumes de PLUME
Voler dans les plumes de PLUME

Je sais expliquer cette aberration : comme l'ozone est en progression avec la chaleur de ce printemps, l'indice AQI reprend la valeur 59 qui est la "valeur" de l'O3 à l'instant T et la pollution est alors élevée pour PLUME alors qu'il n'y a plus de voitures qui roulent. Cela n'a aucun sens en matière de risque sanitaire bien entendu. Cette application n'a aucune pertinence; la preuve en est apportée par l'absurde.

Autrement dit, nos rivaux ont fondé leurs campagnes municipales sur la base d'une application sur la qualité de l'air sans rigueur scientifique. Ce qui explique qu'ils ne partagent plus sur Facebook les résultats d'une application qui aujourd'hui ne leur donne plus les résultats qu'ils espéraient : une qualité excellente tous les jours puisque le trafic automobile a disparu.

un conseil : téléchargez "AIR TO GO" pour avoir une information fiable, de qualité, indépendante à laquelle vous pourrez faire confiance que les résultats soient bons ou mauvais. Et méfiez vous des sornettes sur la dégradation de la qualité de l'air à ANNECY.

commentaires

Le HCSP déconseille la désinfection des rues

Publié le 11 Avril 2020 par Thierry BILLET

Dans toutes les situations de crise on trouve des démagogues pour essayer d'en faire plus que les autres et susciter la sympathie des administrés. Ainsi en est-il du nettoyage des rues. Le Haut Conseil de la Santé Publique vient fort logiquement de déconseiller cette solution nuisible aux milieux naturels.

L’avis rendu le 4 avril dernier par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) relatif à l’opportunité d’une désinfection de la voirie, appelle les collectivités territoriales à ne pas mettre en œuvre de telles pratiques.

Dans le cadre de la lutte contre le virus Covid-19, le ministère de la santé a saisi, le 26 mars dernier, le HCSP « afin d’expertiser si la désinfection de tout ou partie de l’espace public était opportune au regard du bénéfice attendu de cette pratique et des risques associés, qu’ils concernent le public, les travailleurs ou l’environnement ». Cet avis appelle les collectivités territoriales à ne pas mettre en œuvre une politique de nettoyage spécifique ou de désinfection de la voirie, et à continuer d’assurer le nettoyage habituel des voiries et du mobilier urbain avec les équipements de protection habituels des professionnels.

Les produits de désinfection utilisés par certaines collectivités pour la désinfection des rues dans le contexte de l’épidémie du Covid-19, contiennent en effet des substances nocives pour la santé et l’environnement. Après ruissellement, ces produits sont dispersés dans l’environnement et via les réseaux de collecte des eaux pluviales ou d’assainissement. « Leur impact, mais aussi celui des substances nocives associées à leur dégradation, pourrait donc dépasser la seule désinfection de rue », souligne le gouvernement. Par ailleurs, « l’usage massif de produits désinfectants peut favoriser l’apparition d’espèces résistantes : c’est ce qui a été constaté pour d’autres produits chimiques comme les anti-moustiques dans de nombreux pays, ou encore en Europe avec le développement de l’anti-biorésistance », ajoutent les ministères.
 
 
commentaires

La Ville met tout en œuvre pour la production de masques en tissus.

Publié le 10 Avril 2020 par Thierry BILLET

La Ville met tout en œuvre pour la production de masques en tissus.

L’objectif fixé par le Maire est de faire réaliser autant de masques que d’habitants. Pour cela, la Ville a engagé la coordination de la production de masques en tissus grâce à une cellule spécifique (fabrication, logistique). Le Maire d’Annecy a également demandé, avec l’accord de la Préfecture, la réouverture des merceries et boutiques de vente de tissus d’Annecy.

Depuis aujourd’hui donc, toutes les merceries ou les magasins de tissus d’Annecy vont pouvoir rouvrir leurs portes afin de permettre l’approvisionnement en matière première pour les associations, les centres sociaux-culturels ou les particuliers qui se sont mobilisés.
Pour cette fabrication de masques en grande quantité, organisée auprès des associations, le matériel sera fournit.

La Ville s’est également rapprochée des grandes industries du bassin annécien afin d’évoquer la mise à disposition de leurs matières premières ou de leurs équipements pour la fabrication de masques, voire de visières en plastique, autre protection qui peut être utilisée par les professionnels.

3 000 kits à assembler ont d’ores et déjà été achetés par la Ville à la société Sudocoud.

Il n’est pour l’instant pas obligatoire de porter un masque, mais l’objectif est de répondre aux besoins liés au déconfinement progressif, dont la mise en place n’est pas encore connue.

*Des tutos (films explicatifs pour réaliser son masque) sont disponibles sur le site de la Ville : rubrique Covid-19/Les masques

Les lieux de vente des producteurs locaux ouvriront dès 7h30

Afin de réguler au mieux l’afflux de clientèle sur les sites de vente des producteurs locaux, les horaires vont être modifiés. Ainsi, demain samedi, le site de l’école du Centre à Meythet ouvrira de 7h30 à 13h.

A partir du Mardi 14 avril, le site de l’école Vaugelas à Annecy ouvrira une deuxième matinée par semaine, de 7h30 à 13h.

Pour les enfants scolarisés

La Ville a décidé d’aller plus loin dans l’accompagnement des élèves « mal dotés » en numérique.

Depuis vendredi dernier, en partenariat avec l’Education nationale, la Ville a distribué 200 ordinateurs aux enfants sans ressources informatiques. Cette initiative permettra à ces enfants de poursuivre leur scolarité et maintenir ainsi une continuité pédagogique.

En plus de la fourniture du matériel, la Ville a souhaité venir en aide aux personnes ayant une connexion insuffisante.
Pour cela, chaque famille, ayant reçu un ordinateur, va être contactée afin de connaître sa situation
dans ce domaine. Celles qui disposent d’une connexion insuffisante recevront une aide de 25€ pour un mois, par le Centre Communal d’Action Sociale, leur permettant d’effectuer auprès de leur opérateur une évolution de leur abonnement

Ceux qui n’ont pas de connexion Internet bénéficieront du contenu sur clé USB.

 

commentaires

DE GAULLE par Jean LACOUTURE

Publié le 10 Avril 2020 par Thierry BILLET

Le prêt de livres entre voisins me fait lire le tome I de la biographie du Général DE GAULLE par Jean LACOUTURE "le rebelle". C'est l'occasion de découvrir comment STALINE, ROOSEVELT et CHURCHILL dans les années 42/43 voulaient se débarrasser de DE GAULLE. Le projet américain était clairement d'administrer directement la FRANCE comme un pays occupé, déniant la représentativité des organes de la Résistance et surtout se défiant comme de la peste du Général. Les américains avaient même fait imprimer une monnaie spéciale qu'ils contrôleraient. L'enthousiasme populaire des villes libérées à DE GAULLE, les succès de JUIN dans la vallée du RHÔNE  et l'autorisation donnée à la 2° DB de LECLERC par EINSENHOWER de foncer sur PARIS ont fait capoter le projet. La France Libre fut sur le fil du rasoir pour s'imposer après le Débarquement.

LACOUTURE raconte bien comment DE GAULLE - totalement imprégné de son rôle historique de SYMBOLE de la FRANCE - a pu se rendre insupportable aux alliés. Moustique inflexible face aux Goliaths russe et US, il obtint le maintien du rang de la FRANCE dans le bal des nations de 1944/1945. Grâce doit lui être rendu de cela. Quelqu'un de moins imbus de son rôle n'aurait pas réussi à imposer l'existence d'une entité combattante maitresse de son destin.

Le livre permet de mieux comprendre comment le mythe gaulliste a pu se créer puis se perpétuer par delà les années et enrichir la geste nationale qui réussit à faire oublier bien vite la collaboration issue des pleins pouvoirs votés à PETAIN par 569 députés dont Joseph BLANC, député maire d'ANNECY. La fiction fut complète puisque le gaullisme réussit à qualifier le gouvernement de VICHY comme une parenthèse historique découplée de l'épopée nationale; une sorte d'accident de parcours à propos duquel une forme d'irresponsabilité politique collective a évité de se poser la question des sources et du rôle de VICHY dans la déportation des Juifs. Travail historico-politique qui ne sera possible que grâce à un historien US Robert PAXTON.

Alors que des réactionnaires comme Eric ZEMMOUR tentent de réhabiliter PÉTAIN, il est bon d'écouter Robert PAXTON sur FRANCE CULTURE : PÉTAIN n'est pas un accident historique détachable de l'histoire politique française, il est le paroxysme du projet politique des LE PEN et autres catholiques intégristes qui n'ont d'ailleurs de cesse de le réhabiliter comme le montre FRANCE CULTURE.

commentaires

Pas une raison pour laisser se noyer les cygneaux...

Publié le 9 Avril 2020 par Thierry BILLET

 Pendant le confinement, les services de la Ville sont toujours mobilisés : la drome des cygnes sera réinstallée demain

Le barrage de protection pour les cygnes, appelé drome des cygnes, va pouvoir être réinstallé, compte tenu d’un débit d’eau suffisamment bas.
Trois agents des services de la Ville interviendront dès demain vendredi, dans la matinée, au niveau du pont de la Halle. Les conditions de sécurité sanitaire seront respectées puisque les agents seront équipés de masque et de gants.

Les nouvelles couvées de cygnes ou de canard seront ainsi protégées des remous provoqués par les vannes du Thiou.

Les médecins restent à votre service: la ville relaye un message de l’équipe des professionnels de soins primaires d’Annecy Sud et du Président du conseil départemental de l’ordre des médecins.

« L’épidémie dans notre région semble ne pas progresser autant que nous pouvions le craindre pour le moment, mais nous restons extrêmement vigilants sur un éventuel redémarrage surtout en cas de déconfinement.

Nous demandons aux personnes souffrant de pathologies les inquiétant de ne pas attendre et de téléphoner à leurs médecins traitants ou infirmiers. Effectivement nous observons une augmentation des situations d’urgence qui arrivent dans un état avancé, (péritonite, grossesse extra utérine, décompensation cardiaque, etc...) Vos médecins traitants et infirmiers sont à votre écoute et vous aident à la prise en charge de vos problèmes de santé, soit par vidéo soit, pour ceux qui n’ont pas accès à ces techniques, par téléphone. Une partie des problèmes parviennent à se résoudre ainsi. Ce n’est qu’ en cas de nécessité d’examen physique qu’ils vous feront venir sur des plages horaires sécurisées avec un seul patient à la fois et attente si possible dans la voiture ou à l’extérieur.

Notre grande crainte actuellement est de nous retrouver en fin d’épidémie avec des situations graves ou des retards de diagnostic en nombre.
Les Infectiologues de l’hôpital d’Annecy ont fait un travail remarquable avec de nombreuses informations fiables consultables par tous sur le site du Change : www.ch-annecygenevois.fr

Les centres dédiés aux consultations de personnes suspectes d’être infectées fonctionnent avec toute la sécurisation nécessaire et sont accessibles sur demande de votre médecin traitant ou sur demande du 15 pour ceux qui n’ont pas de médecin traitant. Le retour d’information est fait systématiquement à votre médecin traitant via une messagerie sécurisée afin qu’il puisse reprendre le suivi. »

Consultez les informations concernant le coronavirus Covid-19 sur

  

commentaires

2 000 repas produits chaque jour par la cuisine centrale

Publié le 9 Avril 2020 par Thierry BILLET

La ville d’Annecy organise chaque jour les conditions de maintien du service public, répond aux besoins des usagers et des acteurs de la lutte contre le Covid-19, et s’engage en faveur des acteurs économiques impactés.

2 000 repas produits chaque jour par la cuisine centrale

Pour les enfants dans les écoles et les crèches
150 repas
sont réalisés quotidiennement pour les enfants des professionnels de santé ou mobilisés pour le maintien du service public, accueillis dans les crèches, les écoles et les centres de loisirs de la Ville.

Pour les séniors

En plus des 1 200 préparés pour le CIAS (Centre Intercommunal d'Action Sociale) et destinés aux EHPAD et au service habituel de portage de repas, plus de 120 repas sont livrés chaque jour à des personnes âgées qui fréquentent habituellement l'un des six restaurants séniors, actuellement fermés.

La production de ces repas est primordiale pour permettre aux personnes âgées, dépendantes ou isolées de correctement se nourrir en leur évitant de sortir de chez elles pour aller faire des courses.

Pour les plus vulnérables
La restauration municipale livre 60 repas (30 à midi et 30 le soir) à la Croix-Rouge chargée d’organiser l’accueil des personnes sans domicile fixe à l’internat du lycée Sommeiller.

Pour le personnel hospitalier
La Ville fournit entre 450 et 600 repas quotidiennement aux personnels hospitaliers, par le biais de son prestataire : la société Leztroy.

Des agents mobilisés

La production est assurée par deux équipes de 26 agents qui travaillent en rotation et s'attachent à adopter un comportement adéquat pour eux-mêmes comme pour leur mission.

Pour assurer la rotation des équipes et permettre le conditionnement des repas en barquettes individuelles, il a été nécessaire de faire appel à des volontaires. Les services Logistique événements, Vie scolaire ou encore les animateurs sportifs (Etaps) sont affectés selon les besoins à des missions ne nécessitant pas de prérequis culinaires. Les agents de certains autres services municipaux pourraient aussi intervenir afin de permettre le bon fonctionnement de ce service dans la durée.

La ville informe

Quelques recommandations à l’approche du week-end de pâques

Les chocolatiers peuvent ouvrir leur commerce

A l’approche des fêtes de Pâques, le Maire d’Annecy, en accord avec monsieur le Préfet, a permis la réouverture des chocolatiers. Ceux qui le souhaitent peuvent donc reprendre leur activité en appliquant les mesures d’hygiène et de sécurité sanitaire en vigueur.

Mercredi 8 avril 2020

Pour trouver le chocolatier le plus proche de chez vous, consultez la carte répertoriant tous les commerces ouverts sur le territoire sur le www.annecy.fr, rubrique « Covid-19 toutes les infos ».

Les conditions de déplacement restent les mêmes

Le week-end de Pâques arrivant à grands pas, la Ville rappelle que tout déplacement en dehors de ceux autorisés par l’Etat est proscrit.

Les mesures prises par le gouvernement pour faire face à l’épidémie de Covid-19 autorisent de se déplacer, dans la limite d’1h quotidienne, dans un rayon maximal d’1km autour de son domicile (cette limite ne concerne pas les déplacements pour effectuer ses achats de première nécessite).

La Ville remercie tous les Annéciens de respecter ce périmètre de sortie et les invite à consulter la carte interactive réalisée par ESRI France disponible sur : https://www.esrifrance.fr/covid-19-confinement/

Il est rappelé également

-que les aires de jeux ne sont pas accessibles actuellement : l’impossibilité de parfaite entretien des aires de jeux en période de Covid-19 a amené la Ville à interdire leur accès. A cette fin, des rubalises ont été posées. La Ville, ayant constaté de nombreuses transgressions, remercie les usagers de bien vouloir respecter cette fermeture.

-que l’usage du vélo comme activité de loisirs est interdit.

commentaires
<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 40 50 60 70 80 90 100 200 300 > >>