Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Relance, quelle relance ?

Publié le 7 Février 2009 par Thierry BILLET dans C'est personnel


Je lis sur MEDIAPART :

COMMERCE EXTERIEUR. Le commerce extérieur français est au plus mal. En 2008, le déficit commercial a atteint 55,7 milliards d'euros, ce qui équivaut à près de 3 points du PIB. La France connaît une cinquième année de déficit. Si les exportations sont passées de 401,3 milliards à 409,6 milliards entre 2007 et 2008, les exportations ont encore plus nettement progressé, à 465,3 milliards d'euros, contre 442 milliards. (Les Echos)

Autrement dit, la FRANCE est lourdement déficitaire sur le plan commercial : elle importe plus qu'elle n'exporte. Une réduction de la consommation en FRANCE aura donc un impact positif sur notre balance commerciale.

A l'inverse, une relance de la consommation aura pour effet d'augmenter à nouveau notre déficit; comme en 1981, l'injection massive de pouvoir d'achat par le gauche avait creusé le déficit commercial dans des proportions telles que le france n'avait pas résisté et que l'on avait subi la rigueur en 1983.

Pourtant le Parti socialiste a fermement inclus une augmentation de la consommation dans son plan de relance; tandis que la CGT demande une importante augmentation du pouvoir d'achat, donc une poursuite de la dégradation de notre balance commerciale...

Il y a matière à réflexion.

On ne peut se contenter de cette approche macroéconomique : les niveaux de rémunération des salarié(e)s à temps partiel, des RMIstes, des minima sociaux sont tellement ridicules que la question de leur augmentation relève d'une solidarité minimale.

Mais cela doit il prendre la forme salariale ? Ou doit on l'envisager sur le mode d'une meilleure qualité de la vie ?

Je m'explique.

Une caissière de MONOPRIX élevant seule son enfant doit pouvoir travailler, mais son salaire ne lui permet pas de vivre dignement. Faut il augmenter le SMIC ou faut-il prendre en charge la garde de l'enfant dans des conditions correctes ?

La collectivité a le choix de privilégier d'offrir plus de service public qui donne de l'emploi à d'autres sur le territoire nationale ou d'augmenter le salaire qui va se traduire par des importations de produits chinois.

Je caricature, mais je suis persuadé que les écologistes ne peuvent se contenter de demander avec les autres une augmentation du pouvoir d'achat. I

ls doivent poser la question de l'UTILITE SOCIALE des biens produits et de la QUALITE DE VIE que procurent comparativement telle ou telle disposition de nature sociale.

Pour simplifier : une crèche gratuite ou une augmentation de salaire pour pouvoir mettre son gamin chez la nourrice ?





commentaires

Centre de sauvegarde de la faune sauvage

Publié le 6 Février 2009 par Thierry BILLET


J'ai déjà eu l'occasion d'attirer l'attention sur le travail remarquable du centre de sauvegarde de la faune sauvage à MIEUSSY  qui recueille et soigne des oiseaux et en particulier des rapaces.

Centre de sauvegarde de la faune sauvage

Avec trop peu de moyens, le centre assure une mission de service public en sauvant des vautours, des aiglons, et d'autres oiseaux moins prestigieux.

Vraiment, envoyez leur un peu de sous : ils en ont grand besoin.

Voici l'adresse CSFS Boshes d'en Haut 74440 MIEUSSY et leur site internet :

link

commentaires

18,28% de logements sociaux à ANNECY

Publié le 5 Février 2009 par Thierry BILLET dans Politique locale


L'objectif des 20% de logements sociaux à ANNECY est à portée de mains.

Avec 18,28% au 31 décembre 2008 et compte tenu des logements en cours de construction sur le territoire communal, ce devrait être bien avant la fin du mandat que les 20% seront atteints.

Après avoir reçu les félicitations de la fondation Abbé PIERRE lors de la campagne électorale municipale, la Ville poursuit ses efforts continus.

Notre effort est malheureusement insuffisamment partagé dans d'autres communes de l'agglo.
commentaires

ENVIRONNEMENT vu de SUISSE

Publié le 4 Février 2009 par Thierry BILLET


La Suisse n'est pas exempte de critiques, mais nous avons à apprendre d'eux par exemple sur la question de la démocratie locale et en particulier du droit d'initiative référendaire.

Mais également sur la manière d'aborder la problématique environnementale. Ils ont adopté depuis longtemps la redevance poids lourds que nos lobbies tentent encore d'empêcher dans le cadre du GRENELLE 2, etc.

Grâce à leur pragmatisme et au mode de scrutin à la proportionnelle, les VERTS de la confédération participent largement aux exécutifs dans les différentes institutions helvétiques.

Ce réalisme politique a permis à la confédération d'être bien en avance sur la France, et aux collectivités territoriales de nous paraître à des années lumières de ce qui est envisageable de l'autre côté de la frontière.

Pour bénéficier de l'information en provenance de la Suisse en matière de protection de l'environnement, vous pouvez vous abonner gratuitement au magazine trimestriel de l'Office fédéral pour l'environnement par un simple courriel à: umweltabo@bafu.admin.ch



commentaires

Photos sous lacustres

Publié le 3 Février 2009 par Thierry BILLET dans Environnement


Merci à Jean Pierre COSTE de m'avoir remis un cd de photos sous lacustres réalisées en septembre 2008 à l'occasion d'un concours de photos "clichés d'eau douce".

Voici quelques images du fond du lac.





commentaires

Adhésion au projet européen REVE d'AVENIR

Publié le 2 Février 2009 par Thierry BILLET dans Environnement


Le conseil municipal du 2 février a entériné l'adhésion de la Ville au projet européen REVE d'AVENIR dans le cadre d'un projet franco suisse porté par l'association Energie-Cité, située à BESANçON. Pour en savoir + :  link

Il s'agit de s'engager avec 200 autres collectivités françaises et de l'Union Européenne d'établir d'ici février 2010 un état "zéro" de ses émissions de gaz à effet de serre sous la forme d'un bilan carbone, à dresser un plan d'actions pour concrétiser cet engagement en impliquant d'autres collectivités et les citoyens, de fournir un rapport périodique d'avancement des actions engagées et des résultats obtenus.

Ce bilan carbone de la Ville sera mené dès le premier semestre 2009 après que les autres communes de l'agglo nous aient fait connaître leur souhait de réaliser avec la Ville un bilan carbone sous forme d'un groupement de commandes, lors de la réunion de la commission environnement du 11 février 2009.

Il s'agira notamment de faire la promotion de la future "centrale de negawatts"  sous la forme d'une carte dynamique de la Ville permettant de mesurer et de rendre visibles les économies d'énergies réalisées par le fait de toute initiative publique ou privée sur le territoire communal.

Il s'agit d'un projet INTERREG IV A financé par l'Union européenne.

En complément de l'adhésion de la Ville d'ANNECY à l'Alliance dans les Alpes, en charge de la promotion et de la défense de la Convention alpine  - pour en savoir + : link

par cette collaboration transfrontalière, ANNECY s'engage clairement dans l'objectif des 3 fois 20 : réduction de 20% des émissions de CO² d'ici 2020, augmentation de 20% de notre efficacité énergétique et 20% d'énergie produite à partir de sources renouvelables.

commentaires

C2A : quel projet politique ?

Publié le 1 Février 2009 par Thierry BILLET dans Politique locale


En matière territoriale, l'agglo a pu, depuis sa création, surfer sur un appui financier de l'Etat important dans la mesure où elle avait décidé de prendre beaucoup de compétences en lieu et place des communes : culture, sports, personnes âgées, économie, logement, etc.

L'Etat, pour encourager ces regroupements et mettre fin en douceur au morcellement des 36 000 communes de plein exercice, a aidé plus largement les communautés d'agglo qui mettaient en commun le plus de prérogatives.

La C2A a donc largement bénéficié de ces dispositions incitatives. Et tant mieux pour notre territoire qui a pu investir.

Mais, maintenant que l'Etat ferme les robinets, la contraction de la capacité d'investissement est d'autant plus forte. Cela ne signifie pas que l'agglo n'a plus de moyens. Nous sommes encore fort riches en comparaison d'agglomérations comme MARSEILLE  qui n'ont plus d'autres choix que de voter un impôt sur les ménages.

Mais il nous faut faire plus attention à ce que nous dépensons; ce qui n'est pas en soi dommage.

Cela obligera à revisiter certains investissements critiquables comme la Zone d'activités de MONTAGNY LES LANCHES, en pleine zone NATURA 2000, dont l'aménagement coûtera trop cher pour préserver les espaces naturels significatifs et "compenser" les éventuels dégâts aux zones humides. Nous y reviendrons.

Ce qu'il faut retenir, c'est que la C2A a été plutôt le fruit d'une opportunité financière que d'un projet politique pour le territoire.

Un diagnostic posé par des élèves stagiaires de l'INET est éclairant : nous sommes en présence d'une intercommunalité d'aubaine, marquée par une faible solidarité, et peu de vision intercommunale du territoire et de ses projets; tandis que l'identité de la CA demeure fragile. Encore beaucoup d'élus la perçoivent comme ayant un "train de vie" trop coûteux et le manque de culture d'entreprise de son personnel la rend encore plus fragile face à ces perceptions négatives.

Ces perceptions négatives sont entretenues à longueur de réunions et d'interviews par Bernard ACCOYER qui stigmatise les directeurs des services, explique qu'il y a eu trop d'embauches, etc. Toutes choses fausses, mais qu'il rabâche avec le poids que lui donne une fonction incongrue de vice président de l'agglo, mais surtout de président de l'assemblée nationale.

Dans ce cadre, le projet de mutualisation entre l'agglo et les communes est donc important.

  • Soit il n'est qu'un assemblage de mesurettes techniques qui permettent de faire quelques économies,
  • Soit il devient l'outil d'un projet du territoire s'inscrivant dans celui d'une extension de l'agglo à tout le bassin de vie, comme je l'évoquais à propos du CLD.

 Etalement urbain (2)

C'est ce travail qui s'ouvre à l'agglo pour le premier semestre 2009 : celui de l'élaboration d'un projet commun pour les 5 prochaines années.

Les enjeux sont trop importants pour un simple rafistolage.
commentaires

Terres de lac = acheter les espaces agricoles autour du lac

Publié le 31 Janvier 2009 par Thierry BILLET dans Politique locale


Il nous faut soutenir cette excellente initiative soutenue par les agriculteurs de la Cluse du Lac qui font le constat que le foncier ne leur appartient pas, et qu'ils n'ont pas la possibilité d'acheter toutes les terres qu'ils exploitent.

Il convient donc d'acheter les terres classées agricoles par les Plans locaux d'urbanisme des communes du bord du Lac de manière à les préserver définitivement de l'urbanisation.

Pour cela, une fondation va permettre de les acheter en mutualisant les apports des citoyens qui veulent donner la main en la mettant à leur porte-monnaie.

Cet investissement est pour partie défiscalisable.

Une fois acquis par la fondation, les terres ainsi achetées ne pourront plus être vendues pour l'urbanisation.

C'est un moyen pérenne de conserver à l'agriculture des espaces qui font le paysage de la cluse du Lac.

Un premier achat est en cours. Il faut trouver rapidement les 10.000 premiers  €.

Vous pouvez vous renseigner au 04 50 68 63 70 ou à terresdulac@orange.fr ou par courrier à Terres du Lac 991 route de Lornard 74410 Saint Jorioz.

L'adhésion est à 10 € et un don "minimum" de 40 €.

L'ensemble des dons collectés par TERRES DE LAC sera affecté à l'achat de terrains et la gestion des terrains et leur acquisition sera réalisée en plein accord avec la profession agricole afin d'en garantir le bon usage.

Les terrains acquis ne pourront plus être revendus.



commentaires

JO 2018 et bilan carbone

Publié le 30 Janvier 2009 par Thierry BILLET dans Environnement


J'ai participé à la réunion organisée par la LCR contre les JO 2018 à ANNECY aux côtés de Gilles BERNARD, en charge de ce dossier à la mairie et de trois autres conseillers municipaux dont Catherine CHOTIN, conseillère municipale verte.

Environ 60 personnes étaient réunies qui ont exprimé leur rejet des JO pour des raisons sociales ou politiques.

Si certains arguments comme
la critique du fonctionnement du CIO sont parfaitement recevables, d'autres sur le plan environnemental sont plus que surprenants.

Tout d'abord, force est de constater que la plupart des personnes présentes (et la LCR en particulier) n'ont jamais participé à aucune action contre la modification de la loi LITTORAL, contre l'autoroute A 41, ni d'une manière générale en faveur de l'écologie sur le plan local.  Leur argumentaire est donc fort opportuniste en ce domaine.

Ensuite, certains arguments invoqués sont stupéfiants.

Une conseillère régionale verte appelle à l'aide un projet qui serait dans les cartons de doublement routier de la RN 508 le long du lac... sans aucun fondement réel et dont on ne voit pas le lien avec les JO. Un autre Vert regrette l'absence de toute politique de logement social alors qu'ANNECY est pratiquement au quota des 20%, l'une des rares communes de l'agglo en ce sens, et dont les efforts ont été loués par la Fondation Abbé Pierre en mars 2008.

Mais ce qui m'agace profondément c'est le bilan carbone.

On réclame des investissements dans le ferroviaire = c'est ce qui est prévu par le dossier de candidature et l'on nous dit que l'on ne pourra pas arriver à des jeux "zéro carbone".

Mais bigre, si l'on fait le bilan carbone du département en 2009 avec seulement 1% des déplacements en collectif et qu'on le fait en 2019 avec des liaisons ferroviaires correctes entre ANNECY et AIX LES BAINS, ANNECY et PASSY et ANNECY et GENEVE, on ne l'aura pas énormément amélioré notre bilan carbone ?

Qui ne voit pas que les Jeux sont un énorme accélérateur de projets ?

Jusqu'à présent, les Jeux ont servi, en FRANCE à faire des autoroutes; ceux d'ANNECY 2018 devraient permettre de faire du logement à énergie positive et du transport ferroviaire...

De quel droit se passerait-on de cet accélérateur tout en réclamant... du transport ferroviaire ?

C'est l'égoïsme de l'impuissance : pour ne pas se mouiller dans un projet, on le dénigre tout en exigeant que ses acteurs réalisent ce qu'ils y prévoient...mais sans le projet que l'on rejette.

Une vraie quadrature du cercle sur le plan intellectuel, on le voit bien.

Et donc cela finit nécessairement par "de toutes façons on ne vous fait pas confiance", ou bien "de toutes les manières, vous n'y arriverez jamais avec le conseil générale".

Alors que dans les quatre villes candidates, la candidature de LE PELVOUX est animée par le Président de l'alliance dans les Alpes Joël GIRAUD et ANNECY est la plus grande commune adhérente de l'alliance dans les Alpes... Ce n'est pas un hasard !

Les élus locaux, impliqués dans une gestion durable de leurs territoires, ont compris que les JO pouvaient être un catalyseur du changement de leurs politiques publiques en matière de transports et d'habitat, et un moyen de mettre en synergie des financements publics en faveur de la réduction de notre empreinte énergétique.

Si les villages olympiques sont passifs sur le plan énergétique, qu'est-ce qui pourrait justifier que tous les autres équipements du Conseil général ne le soient pas ? imagine t'on que l'école de l'éco quartier Vallin Fier ne le soit pas ?

C'est cette révolution culturelle que peut provoquer l'organisation des Jeux. Bien sûr, rien n'est gagné, l'égoïsme de l'impuissance peut encore gagner.

Il conduirait les écologistes à se replier sur eux mêmes dans une démarche uniquement contestataire; exactement le contraire de ce que nous devons faire contre le réchauffement climatique.









commentaires

Record de manifestants : 12.000 selon les RG

Publié le 29 Janvier 2009 par Thierry BILLET dans C'est personnel


On n'aura pas avant demain les chiffres de la participation à la grève et aux manifestations de ce jeudi 29 janvier.

Mais si ANNECY est représentatif de ce qui s'est passé ailleurs en FRANCE, les chiffres les plus optimistes des syndicats de salariés seront battus. Avec 12 000 manifestants selon la Police, tous les records sont battus : ceux du CPE, comme ceux de la manifestation "anti LE PEN" de 2002 entre les deux tours.

Beaucoup de monde en effet cet après-midi dans les rues de notre ville.

Je crois que, sur le plan social, la coupe est réellement pleine.

Elu sur une vulgate ultra libérale ( privatisations accélérées (La POSTE), démembrement du service public (revue générale des politiques publiques), abattements fiscaux aux plus riches (Loi TEPA), projet de permettre les crédits renouvelables au fur et à mesure du remboursement de l'emprunt de la maison,  dépénalisation des délits économiques, etc. Nicolas SARKOZY est rattrapé par une crise économique qui est causée notamment par cet ultra libéralisme financier, déconnecté de l'économie réelle, et contre laquelle il mobilise ce qu'il n'a pas encore détruit du rôle régulateur de l'Etat.

Bref, SARKOZY utilise l'Etat comme l'ultime bouée de secours, alors même qu'il n'avait de cesse de l'affaiblir...

En attendant, les dégâts sont là et la situation  est une réelle catastrophe pour des pans entiers de l'économie pour lesquels les dirigeants n'ont rien voulu entendre de ce qu'il aurait fallu faire pour s'adapter à la crise écologique.

On ne citera que les constructeurs automobiles français et allemands qui se sont arqueboutés pour empêcher les réglementations contraignantes en matière de protection de la qualité de l'air et qui sont maintenant incapables de produire des véhicules réellement moins polluants et réellement économes en énergie.

Les américains sont pires, me direz vous, mais que penser de la sortie d'un 4x4 par PEUGEOT il y a quelques mois ? Et de l'absence de tout véhicule hybride français ?

Ce refus d'accepter une régulation par le politique de l'activité économique pour qu'elle soit socialement acceptable et écologiquement responsable est la marque de la droite française... qui, pourtant, ne trouve aucune autre recette en temps de crise.

Reste que l'on calfeutre un navire qui prend l'eau de toutes parts, sans aucune garantie sur l'avenir à moyen terme, que l'aide de la collectivité permettra de sortir de cette crise "par le haut"; c'est à dire par un mode de développement respectueux des hommes et de la nature.

C'est l'enjeu du "New green deal" que proposera la liste EUROPE ECOLOGIE aux Européennes de juin 2009.




commentaires
<< < 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 320 330 340 350 > >>