Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

BTP 74, Groupe de travail "qualité de l'air"

Publié le 8 Avril 2018 par Thierry BILLET

Un groupe de travail d'entreprises volontaires du BTP 74 a commencé à se réunir pour réfléchir entre professionnels sur les moyens d'améliorer le bilan "air" des entreprises du bâtiment et des travaux publics. Animée par une professionnelle rémunérée par le GRAND ANNECY, cette réflexion collective a pour objectif de définir les possibles contributions de la branche professionnelle à la qualité de l'air du bassin annécien. 

Les questions sont nombreuses. Par exemple sur les émissions liées aux chantiers eux-mêmes de démolition par exemple, au contrôle efficace des brûlages qui existent encore sur certains chantiers ou à la motorisation des véhicules. J'ai ainsi appris que les constructeurs n'avaient aucune proposition électrique ou gaz sur les véhicules utilitaires des artisans... Alors qu'il s'agit d'une solution possible intéressante par exemple en offrant la gratuité du stationnement aux véhicules propres des entreprises de maintenance qui sont amenées à intervenir en ville dans le bâti existant. 

Même si la contribution du BTP à la pollution de l'air est faible dans le GRAND ANNECY, l'idée que les entreprises concernées soient prêtes à améliorer leur performance est un facteur positif: en ce domaine, toute particule polluante que nous arriverons à supprimer quelle que soit leur origine est bonne à prendre. Faire là où nous sommes notre part d'une action collective pour la santé publique...

commentaires

9 avril, ville apaisée

Publié le 6 Avril 2018 par Thierry BILLET

Des mesures concrètes : le centre-ville en zone 30
Depuis le début de l’année, le centre-ville d’Annecy peut être déclaré « zone de circulation restreinte » en cas d’alerte pollution. A partir du 9 avril prochain, il devient au quotidien une « zone 30 ».

Zone 30 = une ville apaisée


Jusque-là limitée à quelques rues de la commune déléguée d’Annecy, la zone 30 s’étendra, à compter du 9 avril, à tout le centre-ville (zone comprise à l’intérieur de la rocade, hors grands axes pénétrants). Réduire la vitesse des voitures permet à la fois de sécuriser les cyclistes (à 50 km/h, il faut 13 mètres pour commencer à freiner) et de favoriser les déplacements à vélo(50% des déplacements urbains en voiture ont une distance de moins de 3 km). En zone 30, les voies en sens unique de circulation sont autorisées aux cyclistes dans les deux sens.

 

Zone ZCR : une ville plus respirable
En cas de pic de pollution, la zone 30 devient une zone de circulation restreinte. Seuls les véhicules dotés d’une vignette Crit’Air de 0 à 3 pourront circuler et stationner dans les parkings municipaux. Depuis le 1er janvier, l’État a modifié les seuils d’alerte qui, dorénavant,sont déclenchés plus rapidement pour permettre aux collectivités une intervention plus efficace, en amont. On peut logiquement s’attendre à un nombre d’alertes pollution plus important que les années passées, sans pour autant que la qualité de l’air se soit dégradée.

 

  • Pour se procurer une vignette Crit’Air : Rendez-vous sur le site www.certificat-air-gouv.fr muni de la carte grise du véhicule. La vignette coûte 3,62€. Il ne s’agit pas d’une taxe. Ce prix couvre uniquement les frais de fabrication, de gestion et d’envoi.
  • Pour savoir quand la zone ZCR est activée : Téléchargez l’application Air to go d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, consultez le site www.annecy.fr ou référez-vous aux panneaux lumineux de Ville et à la presse locale.
  • Des solutions alternatives existent : les transports en commun, les parcs-relais, les véhicules électriques, le covoiturage, la location de vélos urbains, l’auto-partage …
commentaires

C’est le printemps des velos !

Publié le 4 Avril 2018 par Thierry BILLET

Dans le cadre de la semaine du développement durable, en lien avec la ville d'Annecy, Roule & Co organise sa bourse aux vélos annuelle samedi 7 avril 
 
Les beaux jours reviennent, c'est le moment de vendre et/ou d'acheter un nouveau vélo ! 
 
La bourse aux vélos se déroulera sur le city stade de l'école René Cassin, 21 avenue des Harmonies à Cran Gevrier
 
Dépôt des vélos de 9h à 12h
Vente des vélos de 13h à 17h
 
Plus d'informations sur www.roule-co.org 
 

commentaires

Les mois se suivent, et TUMBACH continue de jouer avec le feu...

Publié le 1 Avril 2018 par Thierry BILLET

Ce n'est pas un poisson d'avril : trois nouveaux arrêtés préfectoraux du 13 mars 2018 pour sanctionner les violations de la règlementation sur les installations classées sur la protection de l'environnement (ICPE) de la part de TUMBACH devenu TRIGENIUM.

Le premier est une mise en demeure de maintenir les stocks de déchets susceptibles de générer ou d'alimenter un incendie à une hauteur inférieure à celle des murs de clôture, de maintenir le volume de déchets de bois en dessous du seuil de 1.200 m3 autorisé, de maintenir propres les voies de circulation. C'est le "sport" préféré de TUMBACH : stocker plus que ce qui est autorisé. En réalité, c'est une pratique permanente, délibérée en espérant que les inspecteurs des installations classées n'ayant que peu de moyens et de temps, l'infraction pourra perdurer.

Le second est un arrêté de suspension de l'activité de transit et de regroupement des déchets de verre.

Le dernier est une série de trois amendes pour avoir violé les arrêtés précédents qui lui interdisaient certaines pratiques ou qui demandaient des mises aux normes. Trois fois 3 000 euros, une paille au regard du chiffre d'affaires supplémentaire permis par ces infractions au long cours puisque les arrêtés en question datent du 11 octobre 2016, et du 16 novembre 2017.

Je n'ai de cesse d'alerter sur cette politique délinquante de la part de cette société depuis tant d'années et suis satisfait que la DREAL mette en place une stratégie de contrôle efficace et commence à prononcer des sanctions administratives avec l'appui de Monsieur le secrétaire général de la Préfecture. TUMBACH jouxte le parking de la SIBRA : un incendie chez TUMBACH pourrait avoir des conséquences gravissimes pour les riverains, pour les autres industriels de la zone de VOVRAY et pour le milieu naturel puisque les effluents de produits chimiques de l'incendie partiraient dans l'ISERNON, puis le THIOU...

commentaires

Quel paysage nocturne voulons nous vivre ?

Publié le 30 Mars 2018 par Thierry BILLET

Passionnante soirée des semaines du développement durable sur l'éclairage public, avec les interventions notamment de Mme Florence COLACE, architecte éclairagiste de la ville de GENEVE, de M. David HICKS, neurobiologiste à l'INSERM de STRASBOURG et de Pascal MOESCHLER, du Muséum d'histoire naturelle de GENEVE.

D'abord Pascal MOESCHLER : le sur éclairage est préoccupant pour la biodiversité car on a doublé l'éclairage en 30 ans & les mammifères vivent majoritairement la nuit. 9 espèces de papillon sur 10 sont nocturnes par exemple et donc le sur éclairage a un effet sur ces animaux qui sont outillés pour la vision nocturne et qui vivent mal dans une ambiance de plein jour. Pendant des millions d'années, la vie s'est organisée sur l'alternance du jour et de la nuit; et nous venons de faire "clic" sur la planète en quelques dizaines d'années, ce qui provoque des déséquilibres mortels pour de nombreuses espèces. Il est temps de prendre la mesure de ces dérèglements et de corriger les erreurs nées de l'enthousiasme de la victoire sur les ténèbres. Pascal MOESCHLER nous invite à retrouver ce contact cosmique avec nos origines que nous ne voyons que la nuit par un beau ciel étoilé et qui a structuré l'humanité.

David HICKS nous a rappelé que dans le vivant tout est rythmique car tout organisme vivant s'organise pour utiliser de manière optimale l'énergie pour survivre. Ceci nécessite une horloge commune à tous les organismes vivants, et cette horloge se règle grâce à la lumière sur les 24 heures de la journée. Des cellules des yeux sont directement connectées au cerveau  pour gérer cette horloge circadienne; ce mécanisme est essentiel pour le vivant. Dès lors, l'éclairage le soir perturbe le cerveau d'une manière considérable qui est de mieux en mieux connue.

C'est en particulier vrai de la "lumière bleue", celle émise par les écrans notamment, qui inhibe la sécrétion de la mélanine, cette hormone indispensable au sommeil, qui prévient de nombreuses maladies. Le lien a été scientifiquement fait avec le cancer, le diabète, les tendances dépressives, etc.  Il faut donc se préoccuper de réduire l'exposition des hommes à cette lumière bleue.

Pour y parvenir, Florence COLACE nous a invités à "éclairer l'usage autant que l'image" de manière à éclairer au plus juste en fonction des besoins des usagers différents selon le lieu, l'heure de la nuit, les activités humaines, etc. Arrêtons d'éclairer de manière uniforme sans tenir compte de la réalité de l'utilisation de l'espace urbain. Eclairons plus les pistes cyclables et éclairons moins les routes. Eclairons quand quelqu'un a besoin de l'éclairage à son passage; n'éclairons plus des nuits entières des parkings déserts.

 

commentaires

Couches lavables, un réel progrès environnemental

Publié le 27 Mars 2018 par Thierry BILLET

Le GRAND ANNECY, dans le cadre de sa politique "zéro déchet, zéro gaspillage" vous invite à une rencontre sur l'utilisation des couches lavables compte-tenu du volume et du poids que représentent les couches à incinérer dans les déchets ménagers.

Couches lavables, un réel progrès environnemental
Couches lavables, un réel progrès environnemental
commentaires

Inégalités

Publié le 25 Mars 2018 par Thierry BILLET

Les bénéficiaires des inégalités ont réussi le tour de force de persuader nos concitoyens que le danger venait non pas du partage inégal des ressources qu’ils ont bien organisé depuis Reagan et Thatcher jusque Trump et Macron en passant par Schroeder et Blair; mais de la menace des plus pauvres qu’eux (chômeurs, réfugiés, etc.). Alors que ce qui mine le monde c’est la cupidité des 1% les plus riches. Voyez le tableau ci-contre publié dans le newsletter New York Times à partir de travaux de l’école d’économie de Paris sur les bénéficiaires de la croissance de 1980 à 2016.

Inégalités
commentaires

Visites des Espaces Naturels Sensibles d'ANNECY

Publié le 22 Mars 2018 par Thierry BILLET

NVIRONNEMENT Visites des Espaces Naturels Sensibles

Pour tout connaître des Espaces Naturels Sensibles de la Commune nouvelle et de leurs habitants,le Département de la Haute-Savoie organise des animations gratuites à la découverte de ces lieux de vie et de protection des espèces. Ces visites vont concerner les sites de Taillefer à Cran-Gevrier, la mare du mont Veyrier à Annecy-le-Vieux, le Bois des

Côtes à Meythet et la zone humide de Pré-Pugin à Pringy. Mare du mont Veyrier (Annecy-le-Vieux)

  • Dimanche 1er avril de 14h à 16h : Les trésors cachés de la mare
    La mare recèle de trésors ! Venez découvrir toutes le petites bêtes qui rampent, nagent, sautent... dans cette eau secrète.

  • Vendredi 8 juin de 20h à 22h: La nuit de la mare
    Ils arpentent nos rues la nuit et pourtant on ne les voit presque pas. Venez découvrir qui peuple la mare du mont Veyrier.

Inscription obligatoire pour ces visites : Gaelle.sousbie@lpo.fr - 07 67 61 40 33

Pré-Pugin (Pringy)

Lundi 2 avril de 20h à 12h : La zone humide de Pré-Pugin, entre nature et culture
Le temps d'une matinée, immergez vous au coeur de la zone humide de Pré-Pugin et venez découvrir ses richesses cachées.

  • Lundi 2 avril de 14h à 16h : Théâtre d’improvisation dans la zone humide
    Impr’eau au Pré-Pugin. Installez-vous confortablement pour découvrir ce milieu naturel via des scénettes improvisées.

  • Lundi 2 avril de 16h30 à 19h : Les plantes comestibles et médicinales du Pré-Pugin

Inscription obligatoire pour cette visite : Aude.soureillat@asters.asso.fr - 04 50 66 91 95

Accompagnez-nous pour une balade gustative autour des plantes comestibles et médicinales qui poussent sur la zone humide du Pré-Pugin. La promenade se terminera par un apéro nature avec un pique-nique tiré du sac.

Lundi 2 avril de 19h à 22h : Les dragons du Pré-Pugin
Affrontez l’obscurité pour tenter d’apercevoir les créatures nocturnes de la zone humide. Equipez-vous d’une dose de courage et d’un soupçon de curiosité pour vous laisser vous entrainer au cœur de la zone humide.

Inscription obligatoire pour ces visites : Sebastien.walternesmes@frapna.org - 07 69 14 30 62

Taillefer (Cran-Gevrier)

Samedi 5 mai de 14h à 18h, Sur les traces de nos voisins sauvages
Venez découvrir la diversité sauvage qui marche, vole, rampe, grimpe, grouille et pousse près

de chez vous.

Samedi 5 mai de 19h30 à 22h : Qui se cache dans l’obscurité ?
Baladez-vous dans les ombres du Taillefer et ouvrez vos yeux, vos oreilles et tous vos sens pour mettre en lumière les habitants sauvages de la nuit.

Inscription obligatoire pour ces visites : Thibault.goutin@frapna.org - 09 72 52 92 26

Bois des Côtes (Meythet)

Vendredi 6 juillet de 21h30 à minuit : On en pince pour le Marais de Côte Merle
Après avoir fait connaissance avec les différents milieux du site, nous partirons avec un spécialiste à la recherche des écrevisses à pattes blanches qui peuplent les ruisseaux.

Inscription obligatoire pour cette visite : Francois.panchaud@asters.asso.fr - 04 50 66 47 60

commentaires

Migrants, les libyens et leurs sévices, plutôt que les ONG caritatives...

Publié le 21 Mars 2018 par Thierry BILLET

Garde-côtes libyens vs ONG :
l’Italie et l’UE ont choisi leurs alliés

 

Depuis fin 2016, l’Italie – soutenue par l’UE – a initié une double stratégie pour mettre un terme aux arrivées de personnes migrantes par la Méditerranée centrale : criminaliser les secours citoyens, et faire à nouveau de la Libye le gendarme de l’Europe. Ces deux dimensions se sont accentuées au cours de l’été 2017 avec l’imposition d’un « code de conduite » aux ONG et la mise sous séquestre des bateaux des organisations récalcitrantes. Dans le même temps, des navires militaires italiens étaient déployés dans les eaux territoriales de la Libye, laquelle déclarait unilatéralement sa zone de recherche et de sauvetage (SAR) interdite aux navires étrangers non autorisés, singulièrement ceux des ONG.

Au cours des derniers jours, cette double stratégie a franchi une nouvelle étape. Le 15 mars 2018, l’ONG espagnole de secours en mer Proactiva Open Arms, mène plusieurs opérations de sauvetage dans les eaux internationales au large des côtes libyennes. L’ONG est alors contactée par les garde-côtes de Tripoli, qui lui ordonnent de transférer les personnes migrantes secourues sur un de leurs navires. Connaissant les privations de liberté et les sévices dont sont victimes les boat people réacheminés en Libye, l’équipage refuse de les livrer. Après plusieurs heures de fortes tensions au cours desquelles les garde-côtes libyens italiens, armes à la main, menacent l’équipage du Proactiva Open Arms, ceux-ci se retirent finalement. L’ONG espagnole se dirige alors vers l’Italie pour y débarquer en toute urgence les 216 personnes secourues et reçoit l’ordre de débarquer les exilé.e.s à Pozzallo (Italie), pour qu’ils soient acheminés au hotspot. Le 19 mars, le procureur de Catane ordonne l’immobilisation du bateau dans le port et procède à sa saisie. Suite au refus de l’ONG de remettre les personnes secourues aux garde-côtes libyens, une enquête a été ouverte et trois membres de l’équipage sont poursuivis, semble-t-il, pour « association criminelle visant à faciliter l’immigration clandestine ».

Si les ONG de secours en mer gênent tant, c’est qu’elles constituent l’ultime verrou empêchant les garde-côtes libyens d’intercepter les personnes migrantes en toute impunité, et qu’elles permettent de témoigner du sort réservé à celles et ceux qui échappent à l’enfer libyen. En finançant [1], équipant, et coordonnant les activités des garde-côtes libyens pour renvoyer les personnes interceptées vers des sévices que certains dirigeants européens ont eux-mêmes, comble de l’hypocrisie, qualifié de « crimes contre l’humanité » [2], ceux-ci s’en rendent complices. C’est pour tenter d’enrayer cette politique que les réseaux Migreurop et Euromed Droits défendent le respect du droit international (dont le droit d’asile) la liberté de circulation pour toutes et tous (dont le droit de quitter tout pays, y compris le sien - article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme), et soutient celles et ceux qui sont accusé.e.s de délit de solidarité.

commentaires

42% des annéciens vivent seuls

Publié le 20 Mars 2018 par Thierry BILLET

Les éléments statistiques sur la commune nouvelle d'ANNECY montrent la spécificité de notre Ville dans le concert des 30 plus grandes villes de FRANCE.

Le chiffre de 42% de personnes "isolées" est de ce point significatif. Bien sûr des personnes veuves, mais aussi des divorcés ou des célibataires; mais ce pourcentage est en forte croissance. En contre exemple, seulement 13% des ménages annéciens comptent plus de 4 personnes.

Un autre élément marquant est l'indice de vieillissement qui mesure le rapport entre les personnes de 65 ans et ceux de 20 ans : il est de 82,6 à ANNECY. Et seulement de 61,4 en HAUTE SAVOIE pour 74,1 pour la FRANCE entière. Notre population senior est proportionnellement plus importante qu'ailleurs. Nous comptons d'ailleurs 31% de retraités dans la population annécienne.

En outre 30% des familles avec des enfants sont monoparentales (elles ne sont pas dans les 42% de personnes isolées); ce qui représente 17% des familles annéciennes. Ces statistiques font découvrir une ville fort éloignée de l'image classique de la famille de 4 personnes.

50% des annéciens sont propriétaires de leur logement. Et les frontaliers en forte croissance depuis 2009 sont environ 7 000 et représentent 12% de la population active. On mesure là l'impact croissant de nos concitoyens qui travaillent en SUISSE avec son cortège de salaires élevés, mais aussi de besoins de déplacement pendulaire croissants essentiellement réalisés en voiture... 

 

commentaires
<< < 10 20 30 40 50 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 80 90 100 200 300 > >>