Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

18 avril, nouvelle histoire d'eaux...

Publié le 13 Avril 2012 par Thierry BILLET

Je vous rappelle que dans le cadre de "Annecy Ville des Alpes 2012", le service des Archives municipales propose mercredi 18 avril 2012 une conférence intitulée "Eaux publiques pour activités privées" qui présentera deux activités aujourd'hui disparues :
  • la lessive dans les canaux
  • et la toilette dans des établissements publics.
 
Vous êtes attendu(e)s nombreux(ses) à l'Espace Yvette-Martinet 15 avenue des Iles à 19 h (Entrée libre et gratuite).
 
A cette occasion, il vous sera remis gratuitement le deuxième numéro de la collection "Carnets d'Archives".
commentaires

BAYROU dans le texte

Publié le 12 Avril 2012 par Thierry BILLET

Je n'avais pas pu écouter cet entretien de François BAYROU sur FRANCE INTER. BAYROU dit exactement ce que tout le monde pense : les objectifs de croissance affichés par François HOLLANDE et Nicolas SARKOZY sont fantaisistes.

Ce que MELENCHON et les VERTS savent parfaitement.

D'où leurs hésitations à envisager une participation au gouvernement socialiste car ils savent qu'il faudra prendre des mesures radicales et quelquefois impopulaires.

Il semble que le Front de Gauche ait déjà choisi si l'on en croit la presse.

Chez les VERTS, la liste de discussion à laquelle je participe fait apparaître une montée des "anti participation" au gouvernement.

Le seul truc qui pourrait faire pencher la balance, c'est que le PS leur fasse le chantage au maintien de l'accord pour les législatives uniquement si les VERTS embarquent dans le bateau gouvernemental.

Mais plus sûrement, ce qui fera la décision sera la possibilité pour Mme DUFLOT et M. PLACE d'être ministres... Si le PS leur donne le maroquin qu'ils souhaitent, ils iront pour faire n'importe quelle politique : là n'est plus l'essentiel pour cette fine équipe.

 

commentaires

Filière bois, l'exemple de la chaufferie de NOVEL

Publié le 12 Avril 2012 par Thierry BILLET

PRIORITERRE organise une soirée sur la filière bois à ne pas manquer le 23 avril.


La Ville d'Annecy a signé, en avril 2011, avec le groupement Adelis / IDEX Energies la délégation de service public de son réseau de production et de distribution de chaleur sur le site Alcatel/ SICN.

Ce projet de haute performance et novateur s'inscrit dans le cadre de la politique environnementale de la Ville d'Annecy. Il permettra de réduire de 85 % les émissions de gaz à effet de serre produites par cette chaufferie, en passant de l'utilisation exclusive d'énergie fossile (gaz naturel) à l'utilisation de 85 % d'énergie renouvelable et locale : le bois.

Au programme :

- Mot d’accueil
- Présentation du projet bois énergie par la Ville d’ Annecy et Idex Energie
- Présentation de l’Atlas Bois, réalisé par prioriterre (avec le soutien du CG 74, l’Ademe et la Région)

FlyIDEX

commentaires

Gaz de schistes, vers un voeu de la Ville d'ANNECY

Publié le 11 Avril 2012 par Thierry BILLET dans Politique locale

Réunion de travail du conseil municipal ce vendredi pour s'informer de la situation des permis d'expérimentation pour les gaz de schiste concernant ANNECY. La Ville avait invité des universitaires grenoblois et des représentants du collectif contre les gaz de schiste. Lionel TARDY s'était invité, et Pierre HERISSON était présent.

La discussion a permis de clarifier la question de la possibilité d'avoir recours à la fracturation hydraulique à l'occasion de ces permis d'expérimentation.

Lionel TARDY soutenait que cela n'était pas possible et le collectif s'appuyait sur le texte paru au Journal Officiel pour soutenir que ça l'était.

La réponse est que l'expérimentation permet la fracturation hydraulique !

Le texte adopté par l'Assemblée nationale l'excluait. Le texte voté en "commission mixte paritaire" (CMP)  entre le Sénat et l'Assemblée l'a permis. Ce qui fit dire à Pierre HERISSON ce que chacun savait : les lobbies sont passés entre le vote à l'Assemblée et le vote en CMP...

Bref, la fracturation hydraulique polluante pour les nappes phréatiques, et possible déclencheur de séisme (dans une région comme la notre qui n'a pas besoin de cela avec l'existence de la faille du VUACHE) est donc utilisable par l'entreprise qui disposera d'un premis d'expérimentation...

On voit donc bien que ces permis d'expérimentation n'ont aucun caractère d'expérimentation qui n'a de sens que pour tester des modes opératoires différents de ceux de la fracturation hydraulique. Il ne s'agit pas de faire évoluer les technique vers plus de sécurité, mais ni plus ni moins de vérifier la présence d'hydrocarbures non conventionnels dans notre sous-sol.

Si il y en a, on imagine bien la pression qui sera mise pour qu'ils soient exploités au moment où les politiciens sont prêts à tout pour faire baisser le prix du pétrole de manière temporaire (cf. l'hypothèse de la mise sur le marché des stocks stratégiques...).

Grâce aux gaz de schiste, les Etats Unis sont redevenus exportateurs d'hydrocarbure et le prix a tellement baissé que l'exploration de nouveaux gisements est arrêtée... Qui ne cédera pas à de telles sirénes ?

En attendant, la Ville va élaborer un texte sur le projet d'expérimentation qui est déposé et qui concerne son territoire.

commentaires

Bayrou éreinte Sarkozy, "une promesse" devenue "l'homme du bilan"

Publié le 10 Avril 2012 par Thierry BILLET dans C'est personnel

CAEN, 6 avr 2012 (AFP) -

François Bayrou a éreinté Nicolas Sarkozy, vendredi à Caen, en estimant que s'il était "en 2007 une promesse", il était devenu "aujourd'hui l'homme du bilan", et il s'est étonné de son incapacité à proposer dans son programme un "plan d'action" pour le pays.

"En 2007, Nicolas Sarkozy était une promesse, c'est aujourd'hui l'homme du bilan", a déclaré devant la presse le président du MoDem, disant être frappé que le candidat de l'UMP "n'arrive pas, après cinq ans de mandat, à dégager un plan d'action pour le pays".

"Quand on a comme lui exercé le pouvoir, on devrait savoir où sont les priorités et en tirer un plan pour l'avenir. Or, ce n'est pas le cas", a insisté le candidat centriste, qui fait l'objet actuellement de toutes les attentions de l'UMP, sachant que son choix d'entre les deux tours pourrait être décisif pour l'un ou l'autre des deux favoris.

"Son programme, c'est une dispersion de mesures sans liens, disparates, sans cohérence, rien de nouveau, rien de construit", a estimé M. Bayrou à propos de la lettre programme de Nicolas Sarkozy.

"Un programme d'élection présidentielle, ce doit être un plan de bataille qui dit à la nation comment elle doit orienter ses efforts. Et, ce qui est frappant, c'est qu'il n'y a pas une seule mesure pour l'emploi", a-t-il ajouté.

"C'est comme s'il n'avait pas en tête la gravité des problèmes de notre pays", a souligné le candidat centriste, "très inquiet" de la situation actuelle de la Grèce et l'Espagne et du "risque qui menace notre pays".

"Il prend le thème de l'immigration pour gagner des voix, mais ce n'est pas l'immigration le sujet principal, c'est l'emploi. Pourquoi ne voit-il pas les problèmes du pays? Est-il l'otage de son équipe et des sondages d'opinion? Un homme d'Etat se doit d'aller à l'essentiel", a-t-il fait valoir en dénonçant les changements perpétuels de position du président-candidat.

"On devrait considérer que les gens qui changent tout le temps de discours se disqualifient, c'est la preuve qu'ils n'ont pas de boussole", a-t-il dit.

commentaires

Cohn Bendit : "la vie n'est pas aussi simple qu'un discours de Mélenchon"

Publié le 9 Avril 2012 par Thierry BILLET

Dany n'y va pas avec le dos de la cuillère à propos de Jean-Luc MELENCHON. Et il a raison: à part nous préparer à une nouvelle gueule de bois sans perspective pour le progrès humain - comme après l'échec du référendum de 2005 sur le traité constitutionnel européen - la démarche de MELENCHON conduit tout droit à un refus de la participation à un gouvernement désigné par François HOLLANDE car il sait bien, et la Front de Gauche avec lui, que ce qu'il propose n'est pas réalisable et qu'il sera bien plus facile de continuer de hurler après la poulaille socialiste plutôt que de se tremper les mains dans le cambouis... La référence aux années 1950 a historiquement un vrai sens. Plutôt que JAURES, c'est THOREZ que MELENCHON ressuscite.

 

LE MONDE | 09.04.2012 à 12h21 • Mis à jour le 09.04.2012 à 13h11

Par Propos recueillis par Anne-Sophie Mercier

 
 
Cohn-Bendit : "La vie, ce n'est pas aussi simple qu'un discours de Mélenchon"

Que pensez-vous de la "conversion" écologique de Jean-Luc Mélenchon?

Ce n'est pas à moi de juger du degré de réalité de cette "conversion". Il m'est arrivé de débattre avec lui, de l'avoir donc en face de moi, et j'ai moi aussi entendu ce discours, dont je prends acte. Ce n'est pas sa sincérité que je remets en question. Je ne suis pas le pape de l'écologie, je n'ai pas à décider qui est dans le camp du bien, et qui ne l'est pas. Vous savez, personne n'est génétiquement écologiste, on vient tous de quelque part. L'écologie politique est un courant qui est né et s'est développé il y a une trentaine d'années, ce qui signifie que ni Eva Joly ni moi ne sommes nés "écolos".


Vous devriez vous réjouir de voir d'autres leaders politiques rejoindre votre combat...

Je ne déplore nullement l'arrivée de Jean-Luc Mélenchon sur le terrain de l'écologie. Il est bon d'échanger et de débattre. Simplement, son discours écologique mérite d'être décodé. Car de quoi nous parle-t-il, dans le fond ? Il nous raconte une histoire, celle de la gauche républicano-socialiste, avec ses grandes références républicaines, Jaurès, la Révolution, et il développe la pierre angulaire de sa pensée, qui est la place centrale qui doit être accordée à l'Etat.

C'est d'ailleurs au nom de cette place centrale accordée à l'Etat qu'il prône dans ses écrits une relation privilégiée avec la Chine. Il y a chez Jean-Luc Mélenchon une haine à peine voilée de l'Amérique, avec une fascination pour Fidel Castro et Hugo Chavez.


Quel rapport entre ce "tropisme chinois" que vous décrivez et son discours sur l'écologie ?

Evident ! Quand vous avez ces références-là, quand toute évolution de la société doit passer par l'Etat, les initiatives locales sont systématiquement étouffées. La transition écologique est si complexe à réaliser qu'on ne peut se permettre de laisser de côté toute cette énergie. Le Front de gauche vient de signer un texte contre la décentralisation. Pour moi, un tel retour en arrière est incompréhensible. Et, au-delà, il mènera à l'échec.


On peut comprendre le raisonnement selon lequel un Etat fort sera à même d'imposer des règles et en particulier une fiscalité écologique...

Oui, ce raisonnement est valable. Mais comment encore croire que l'Etat central peut tout ? Je vais vous donner un exemple des sottises qu'on peut lire dans le programme de Jean-Luc Mélenchon. Il prône la renationalisation de l'ensemble du secteur de l'énergie, qui serait donc placé sous l'autorité de l'Etat. Mais qu'est-ce que ça change ? Elf s'est-il mieux comporté que Total ? Et EDF n'a fait que bloquer toute tentative de transformation en France ces trente dernières années.

Si on veut amorcer la transition énergétique, il y a une chose à faire : casser le monopole d'EDF. Tous les Etats qui sont allés vers une transition énergétique ont fait ainsi. L'Allemagne, pays pionnier dans ce domaine, a fait ainsi. Mais, au-delà de ces deux conceptions de l'Etat qui nous opposent, je reproche à Jean-Luc Mélenchon de faire croire qu'on peut réaliser la transition énergétique dans un seul pays.


L'impuissance de l'Europe lui donne des arguments...

Mais il a tort. Qui peut croire une seconde que l'Europe n'est pas l'espace adéquat pour réaliser tous les investissements nécessaires ? Si on réalisait une taxation de 0,1 % sur chaque appel téléphonique passé en Europe, en plus de la taxation sur les transactions financières, on pourrait rassembler, selon les calculs, entre 50 et 80milliards d'euros par an qui iraient dans les caisses de l'Europe. Elles sont là, les marges de manœuvre, au niveau de l'Europe, pas des Etats appauvris qui la composent !


Au-delà de cette conception de l'Etat et de l'Europe qui vous opposent, vous reprochez à Jean-Luc Mélenchon de recycler les vieux discours du Parti communiste des années 1950...

Mais oui ! Quand vous entendez Jean-Luc Mélenchon fustiger l'impérialisme américain, n'entendez-vous pas en creux les discours du PC contre l'OTAN dans les années 1950 ? Non seulement il nous ressuscite une rhétorique très "guerre froide", mais il escamote dans son discours tout ce qui le gêne. Il est contre la décentralisation, contre les langues régionales, et il ne cesse de citer Jaurès, sans jamais dire qu'il commençait ses discours en occitan ! Il parle de la Révolution, sans jamais en montrer les aspects dérangeants...

Moi aussi, je veux bien refaire l'histoire à ma sauce, ça n'est pas bien compliqué, mais c'est tellement simplificateur. La vie, ce n'est pas aussi simple qu'un discours de Jean-Luc Mélenchon. L'émergence de cette gauche, jacobine, centralisatrice et caricaturale est pain bénit pour Nicolas Sarkozy.


Pourquoi ?

Cela lui permet de désigner à l'opinion cette gauche littéralement gangrenée par la question nationale, bloquée idéologiquement sur la question européenne, et fondamentalement anti-Occident. La montée en puissance de Jean-Luc Mélenchon fait bien l'affaire du président sortant.

commentaires

Meeting BAYROU à ANNECY le vendredi 13 avril

Publié le 9 Avril 2012 par Thierry BILLET

Nous sommes heureux de vous inviter à une rencontre et un temps d’échange pour faire le point sur la candidature de François Bayrou à une semaine du premier tour :

Vendredi 13 avril 2012
Espace Yvette-Martinet,

15 avenue des Iles à Annecy


A 19 h 30 : intervention de Bernard Bosson

Elle sera suivie d’un apéritif au cours duquel chacun pourra échanger sur la situation politique.

commentaires

Une campagne, c'est comme une mayonnaise...

Publié le 7 Avril 2012 par Thierry BILLET

Une campagne électorale c'est comme une mayonnaise... Il faut arriver à la faire prendre en associant des ingrédiants divers et arriver à les associer de telle manière qu'elle prenne. Au départ, une campagne réussie, c'est donc un rassemblement de gens qui ne partagent pas tout, mais qui pensent que leur proximité est plus grande que ce qui les sépare.

Dany COHN BENDIT a exactement réussi cela pour les EUROPEENNES de 2009 : associer le "délinquant" démonteur de Mac Do José Bové et la Juge intransigeante Eva JOLY, ou des adversaires et des soutiens du traité constitutionnel européen, dans une démarche ouverte où tous les acteurs de l'écologie politique pouvaient se reconnaître...

Jean-Luc MELENCHON fait la même chose cette fois-ci. Sa plus grande réussite est d'associer des "décroissants" notoires, et des cégétistes pro nucléaires, dans une saga joyeuse et bigarrée où l'on a plaisir à croire, le temps d'une campagne électorale, que l'on va raser gratis et faire payer le grand capital.

Cela ne durera que le temps d'un premier tour, mais cela crée une dynamique  qui attire les hésitants, ravis de se dire qu'après tout, les choses ne sont peut-être pas aussi dramatiques qu'il n'y paraît...

De ce point de vue, la campagne de François BAYROU relève de la douche froide permanente et il a raison de ne pas en changer.
Le pays a le choix d'un régime sec au service des plus riches avec SARKOZY, ou d'un régime sec avec le respect de l'équité et le souci des valeurs républicaines avec BAYROU et HOLLANDE.

Interrogé par LE MONDE hier soir, François BAYROU a rappelé qu'il avait annoncé clairement en 2007 qu'il ne voterait pas SARKOZY. C'est d'ailleurs pour cela que tant de députés centristes sortants l'avaient abandonné... Avec HOLLANDE annoncé gagnant par tous les sondages au 2° tour, la donne de 2012 sera différente.

commentaires

Corinne LEPAGE, 24 signatures seulement manquaient

Publié le 6 Avril 2012 par Thierry BILLET

Corinne LEPAGE aura manqué de se présenter aux présidentielles de seulement 24 signatures sur les 500 requises. Dommage que cette écologiste de toujours n'ait pas pu aller au bout de cette campagne.

Ses positions sur les OGM, le nucléaire et l'ensemble des enjeux environnementaux auraient permis une expression claire et argumentée, sans sectarisme et en s'adressant à tous les Français, à partir d'une posture de centre gauche.

Sans doute, cela n'aurait-il pas fallu attendre un score important, mais au moins une parole audible sur les problématiques écologistes... A peu près ce que Nicolas HULOT a été capable d'exposer à RENNES au Forum de Libération...

L'implosion des VERTS est à l'oeuvre de manière accélérée : les coopérateurs sont déjà partis, les réunions sont vides, le syndrôme NPA menace.

Il faudra bien que l'écologie politique se structure de manière réellement ouverte après ce gâchis incroyable.

 

commentaires

Prêt de chez moi

Publié le 6 Avril 2012 par Thierry BILLET dans C'est personnel

Je vous ai dit tout le bien que je pensais de la NEF et de la nécessité, si l'on est un peu cohérent avec ses idées, d'arrêter de confier nos sous aux banques qui permettent la financiarisation de l'économie. Voilà une nouvelle initiative de collecte de l'épargne locale qui mérite notre attention.  J'avais suggéré cette démarche dans le cadre du CDDRA du bassin annécien.
Il s’agit en effet de mobiliser l’épargne des citoyens pour financer des projets locaux, à caractère social, culturel ou environnemental, portés par des associations, des coopératives, des TPE ou des PME, et nécessitant un financement entre 3 000 et 15 000 €.


La crise économique et financière que nous traversons touche profondément les Petites et Moyennes Entreprises et les Très Petites Entreprises (PME/TPE). Éloignés des financements des banques, les porteurs de projets qui participent activement à un développement économique local et solidaire, ne trouvent parfois plus de solutions pour le financement de leurs projets de création et de développement. Dans le même temps, l’absence de réponses pour limiter la financiarisation croissante de l’économie amène de plus en plus de citoyens à questionner leurs comportements d’épargnants et d’investisseurs.

Fort de ce constant, la Nef en partenariat avec le Conseil Régional Rhône-Alpes et le Grand Roanne Agglomération ont pris la mesure de l’urgence d’une refonte de l’activité économique qui part du territoire et sert le territoire.

C’est ainsi qu’est né « Prêt de chez moi », un dispositif permettant aux citoyens d’affecter leur épargne au projet de leur choix sur leur territoire.

Coopérative solidaire de finance éthique, la Nef est l’opérateur financier de ce dispositif : de l’étude de projet à la levée de fonds locale pour financer ces projets.  

Sociétaires de la Nef, le dispositif « Prêt de chez moi » retiendra certainement votre attention car il a pour objet d’impliquer une large part de citoyens soucieux de relocaliser l’économie et d’intervenir concrètement pour le développement d’une économie sociale et solidaire. Plusieurs formes d’engagement sont possibles :

- Soit en réalisant une demande de financement. La Nef étudiera dans ce cadre tous les projets intervenant dans les domaines environnementaux sociaux ou culturels et pour des besoins de financement situés entre 3 000 et 15 000 euros.
- Soit en donnant un peu de votre temps pour être un relais local bénévole en lien avec les groupes locaux de sociétaires pour rencontrer et accompagner les projets.
- Soit enfin, en tant que citoyens du territoire Rhônalpin attaché à un développement économique plus humain, vous pourrez orienter une partie de votre épargne vers des projets « prêt » de chez vous.

Nous espérons vivement que le lancement de ce dispositif et de ce partenariat retiendront votre attention, et nous avons pleine confiance qu’avec votre participation, « Prêt de chez moi » sera un formidable levier pour l’économie sociale et solidaire de Rhône Alpes.

 

A ANNECY, la NEF est hébergée au Crédit Coopératif, courez y ouvrir un compte.

 

commentaires
<< < 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 220 230 240 250 260 270 280 290 300 > >>