Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Monnaie locale annécienne, à vos agendas !

Publié le 25 Mai 2016 par Thierry BILLET

Nous vous annonçons deux dates à retenir :
- le mercredi 1er juin 2016 : DEGUSTATION MONETAIRE GRATUITE à 18h30 à la Maison pour la Planète, 3 rue René Dumont 74960 MEYTHET
Pour mieux comprendre ce que sera en 2017 la Monnaie Locale du Bassin annécien, la Gentiane, connaitre son avancement, et savoir comment vous y associer, autour d'un menu spécial entre réalité et imaginaire :
 
Apéritif :  « le jeu de la circularité »  (comprendre à quoi sert (ou non) la monnaie)

Entrée gourmande :  « la monnaie de Bristol » (voire que la monnaie locale, c’est une réalité)

« Trou savoyard » :  « approche théâtrale : alors c’est simple ? » (s’imaginer simplement une monnaie locale)

Plat principal :  « présentation : la GENTIANE à Annecy » (savoir ce qui est fait, ce qui reste à faire)

Plateau de fromages :  « assortiments de groupes projets » (goûter à ce que l’on peut faire ensemble)

Dessert :  « assortiments de fruits locaux  » (partager nos idées, apprécier notre motivation, et se détendre)

Digestif :  « repas partagé » (partager ce que nous aurons tous apporté : après l’effort, le réconfort »

- le lundi 6 juin 2016PREMIERE ASSEMBLEE des Adhérents à 18h30, salle Yvette Martinet, 15 avenue des iles à Annecy.
Cette rencontre est ouverte à tous
Elle vise à décider collectivement de ce que sera notre monnaie Gentiane : 
- Quel en sera son support : une monnaie papier ou électronique? 
- La Gentiane sera-t-elle une monnaie fondante ou pas? 
- Quel seront les conditions de change entre l'euro et la gentiane ?
- ...
Des questions fondamentales que nous devons prendre ensemble.
Nous vous ferons une proposition. Nous devrons la débattre avant de prendre une décision finale.
La première partie de soirée (ouverte à tous, adhérents mais aussi sympathisants)
sera destinée à une "présentation artistique" de notre proposition et au débat.
Ainsi les arguments pour et contre pourrons être exprimés, connus, partagés.
La seconde partie de soirée visera une décision collective "des adhérents".
Les non-adhérents seront invités à adhérer s'ils souhaitent participer à la décision.
 
Nous partagerons enfin un repas partagé (chacun amène ce qu'il souhaite)
--

Wordpress : http://monnaiegentiane.wordpress.com/
Facebook : http://www.facebook.com/monnaiegentiane

commentaires

Cigales pour l'emploi socialement utile

Publié le 24 Mai 2016 par Thierry BILLET

Nos Cigales ont validé leur troisième investissement. Après ALPINE ALUMINIUM, VELOCOOP, nous allons aider "les Jardins du castor", un projet de maraîchage à DOUSSARD. Mais nous manquons désormais de fonds pour investir. Rejoignez nous ! Pour en savoir plus, vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous. Et dans tous les cas, pour participer aux réunions et vous informer, un courriel à cigalesdulac@gmail.com

commentaires

329 millions de dettes suisses en 2014

Publié le 22 Mai 2016 par Thierry BILLET

L'excellent numéro d' ALTERNATIVES ECONOMIQUES de mai 2016 raconte comment la Confédération helvétique doit 329 millions d'euros à la FRANCE  pour l'année 2014. 360 millions en 2012 et 327 millions en 2013... suite à l'adhésion de la SUISSE au règlement communautaire de 1999 qui édicte qui prévoit que les chômeurs sont indemnisés dans leur pays d'origine. Après une période transitoire de 7 ans, depuis 2009, la France indemnise les chômeurs français licenciés par des entreprises suisses. Depuis avril 2012, le réglement communautaire prévoit que l'Etat d'emploi doit rembourser les 3 premiers mois d'indemnisation payés par l'Etat de résidence. Et des conventions bilatérales peuvent améliorer le dispositif à la demande de l'Etat de résidence.

Le problème c'est que la FRANCE n'a rien tenté pour essayer de faire payer plus les Suisses qui ont licencié. Alors que les SUISSES ont voté en février 2014 majoritairement en faveur de la fin de l'immigration de masse, ce qui impacte et va impacter de plus en plus l'embauche de français en SUISSE.  ALTERNATIVES ECONOMIQUES affirme que sur 154 000 frontaliers franco-suisses 30 000 seraient demandeurs d'emploi, soit 19%. Alors que le salaire médian suisse est 2,3 fois plus élevé que son équivalent français, ce qui allonge mathématiquement la durée de prise en charge au titre du chômage si le frontalier ne retrouve pas d'emploi en SUISSE.

Le Ministère français du Travail est muet, malgré les rappels du Groupement trensfrontalier européen dont le président Jean-François BESSON affirme qu'ils alertent régulièrement l'UNEDIC et les partenaires sociaux. Les SUISSES doivent se bidonner de tant de laxisme de la part de l'état français.

 

commentaires

A l'abordage de "Petit Navire"

Publié le 20 Mai 2016 par Thierry BILLET

commentaires

Sénatueurs d'abeilles

Publié le 19 Mai 2016 par Thierry BILLET

L'association "Agir pour l'environnement" publie la liste nominative des sénateurs qui ont voté contre l'interdiction des néonicotinoïdes dont les experts indépendants dénoncent la toxicité pour les abeilles. Jean-Claude CARLE n'a rien trouvé de mieux que de voter la poursuite de ces produits. Cyrille PELLEVAT et Loïc HERVE ont sauvé l'honneur du département en votant l'interdiction. Attention, Agir pour l'environnement s'est trompé sur le vote de Loïc HERVE qui confirme avoir voté l'interdiction sur sa page FB.

commentaires

Des déchets de mieux en mieux triés

Publié le 18 Mai 2016 par Thierry BILLET

L'agglomération trie de mieux en mieux ses déchets ménagers grâce à l'implication de tou(te)s. C'est ce qui ressort des statistiques de l'année 2015. Par exemple, le verre atteint un record depuis 2002 avec 5 437 tonnes collectées : la pente est toujours croissante depuis 13 ans. Les cartons collectés en zones d'activité progressent également régulièrement au fur et à mesure que la collecte concerne plus de zones avec 1 137 tonnes en 2015.

Le tonnage d'ordures ménagères et d'encombrants qui atteignait 55 983 tonnes en 2002 a atteint 40 332 tonnes l'année dernière, son plus bas niveau historique, ce qui est une diminution considérable quand on prend en considération la croissance de population de l'agglomération pendant cette période ( de 133 674 à 145 579 habitants), soit 282,11 kilos par habitant. Et 88,89 kilos de déchets triés par habitant sur la même année.

Les textiles récupérés dans les containers gérés par l'agglomération (en sus des associations caritatives) continue son expansion : 462 tonnes pour 48 en 2012 lors de son lancement. Et les batteries 46 tonnes pour 25 lors de son lancement en 2011...

Même si des augmentations de collecte, comme celles des capsules NESPRESSO (18,5 tonnes en 2015), révèlent des pratiques de gaspillage des ressources en aluminium qui laissent dubitatifs, nous sommes donc sur la bonne voie d'une collectivité engagée vers le "zéro déchet".  2 tonnes de bois pour WOOD STOCK CREATION, 5 tonnes de velo remis à ROULE & CO...
Le taux de valorisation matières est désormais de 29,2% et n'a jamais été aussi élevé.

 

commentaires

Démocratie liquide

Publié le 17 Mai 2016 par Thierry BILLET

Réunion avec l'Université de SAVOIE pour engager une démarche participative sur le déploiement de l'action "Territoire à énergie positive" avec CHAMBERY METROPOLE et le PARC NATUREL REGIONAL des BAUGES : nos objectifs sont ambitieux à long terme, mais nous élus savons parfaitement qu'ils ne sont pas atteignables sans une adhésion et une appropriation de cet objectif par les habitants. L'investissement public sera insuffisant pour arriver à l'autonomie énergétique : nous pouvons sans aucun doute largement améliorer les choses. Mais si les citoyens ne deviennent pas acteurs de la transition énergétique, par exemple lorsqu'ils refont leurs toits sans envisager d'y installer des capteurs solaires, nous n'atteindrons pas le résultat escompté. 

Dès lors il est stratégique de mettre en place les moyens d'une co constuction concrète des actions à mettre en place, des coups de pouce à donner, des initiatives à favoriser.  C'est le concept de "démocratie liquide" qui peut permettre de réaliser cette association constructive autour d'outils numériques qui associent chaque habitant volontaire dans des forums thématiques, dans une grande liberté d'accès et de proposition, permettant les votes sur les projets les plus pertinents ou partagés par les habitants. L'idée étant d'arriver à associer plusieurs milliers de personnes sur le territoire TEPOS  (300 000 habitants) à cette consultation permanente horizontale autour d'un outil appelé LOOMIO. La mise en place d'une telle démarche demande un travail de préparation que nous devons encore conduire, mais qui pourrait voir le jour d'ici la fin de l'année 2016.

En savoir plus sur l'outil :

 

commentaires

Plan de déplacement urbain & qualité de l'air

Publié le 16 Mai 2016 par Thierry BILLET

Vous pouvez participer activement au prochain PDU. Le plan de déplacement urbain de l'agglomération est en cours d'élaboration. Il prévoit d'associer les habitants à la démarche de réflexion à la fois sur le plan du diagnostic que sur celui des pistes prioritaires d'amélioration de la situation actuelle qui induit des conséquences sérieuses en matière de qualité de l'air. Même si 50 kilos de déchets verts brûlés en plein air équivalent à 6 000 km en voiture, nous ne pouvons pas ne pas tout mettre en oeuvre pour réduire la pollution automobile.

Ce travail concerne à la fois les mobilités publique et privée dans la perspective des vingt prochaines années. Associations et citoyens sont donc invités à participer à deux journées de travail en juin 2016 pour débattre de cette thématique de manière libre et ouverte, animées par le bureau d'étude qui accompagne l'agglomération.

Si vous voulez être invité à ces deux réunions, envoyez un courriel à Plan_Climat@ville-annecy.fr

 

commentaires

Chroniques du travail - 2

Publié le 15 Mai 2016 par Thierry BILLET

Il arrive dans mon bureau, les yeux tristes, le visage fermé, l'impression très vite ressentie que ce que Monsieur X va me dire n'est pas anodin. Il travaille depuis trente ans dans la même entreprise, il est cadre, il avait une responsabilité importante. Les nouveaux dirigeants lui expliquent à leur arrivée qu'ils vont réformer l'organisation du travail et qu'il n'est pas la bonne personne pour faire cela. Il accepte contraint et forcé un emploi fonctionnel sans grand intérêt. L'entreprise connaît un événement grave (sabotage). Les nouveaux dirigeants lui demandent de reprendre son poste pour remettre en route la production. Il accepte. Les dirigeants déposent une plainte est contre les responsables de l'évènement.

Il se trouve convoqué dans ce cadre par la police pour qu'il précise le processus de production lui indique t'on par téléphone. Il arrive devant l'officier de police judiciaire qui lui annonce tout de go qu'il n'est pas intéressé par le processus de production, mais qu'en revanche, il est bien conscient que d'avoir été mis dans un placard comme cela, ça doit rendre agressif contre l'entreprise, qu'on doit en vouloir à la direction, etc. Monsieur X comprend alors que la direction générale l'a désigné comme un des coupables possibles de l'événement survenu quelques semaines plus tôt.

Alors Monsieur X "craque", s'enferme dans la dépression et ne retourne pas travailler.

commentaires

Lettre ouverte de Mountain Wilderness

Publié le 14 Mai 2016 par Thierry BILLET

 « Monsieur Wauquiez, Monsieur Chabert,
 
Nous avons écouté avec attention vos différentes déclarations relatives à la nouvelle politique "montagne" de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Vos propositions d'investissements visent à lever 200 millions d'euros sur 6 ans pour financer un "plan neige" axé principalement sur le développement des capacités de production de neige artificielle. Ces investissements concernent les stations de ski de piste soit, moins de 3% du territoire montagnard pour 3 mois d'activité par an.
 
Qu'en est-il du "reste" des territoires de montagne ?
Ceux-là même qui portent la valeur inestimable d'être parmi les derniers espaces de nature préservée en Europe, riches d'une beauté exceptionnelle et de patrimoines rares, riches d'expériences humaines extraordinaires, garants d'un tourisme 4 saisons, multi-activités et porteurs d'emplois pérennes ?
Qu'en est-il des femmes et des hommes, pluri-actifs, qui vivent et travaillent à l'année au sein de ces territoires et des visiteurs qui s'y rendent tout au long de l'année ?
 
Nous nous interrogeons sur votre plan d'actions concernant les 97% restants des espaces montagnards. Quelle est votre politique pour ces territoires qui font eux aussi la renommée de nos montagnes dans le monde entier ?
 
Rappelons que le ratio du chiffre d'affaires de l'activité touristique est de l'ordre de 50% en hiver et 50% en été. Ainsi sur les 11 milliards d'euros dépensés en 2013 par les touristes dans nos montagnes, si 4,81 l'ont été en station, 6,13 l'ont été dans la montagne hors station ! Par conséquent, investir toutes les ressources publiques pour la seule mono-industrie du ski de piste nous semble résolument une vision passéiste et tellement réductrice face aux mutations observées de toutes parts au coeur de nos montagnes et de nos sociétés humaines. Ce serait un véritable gâchis !
 
Gâchis de ressources énergétiques et de capital environnemental
L'essor du ski connu dans les années 70 et le miracle de l'or blanc se trouvent 50 ans derrière nous. À l'époque, la pratique du ski de piste sur des terrains aseptisés explosait. Aujourd'hui, elle stagne et préfigure une probable régression. Les aspirations humaines sont ailleurs.
Les changements climatiques à l'oeuvre modifient fortement la donne en montagne, avec une conscience de plus en plus claire que ce mouvement va en s'accélérant. Le réchauffement des températures, compris entre +1,6 et +2,2°C depuis 1950, est particulièrement sensible dans les Alpes et s'est accéléré depuis la fin des années 80. C'est deux fois plus que la moyenne mondiale et la région des Alpes du nord est celle qui se réchauffe le plus en France. Faut-il rappeler que les canons à neige consomment beaucoup d'énergie et d'eau ? Et que pour être produite et conservée, la neige nécessite des températures froides ?
 
La montagne, espace de rêves
Les tendances se dessinent de plus en plus clairement autour de motivations à rejoindre nos montagnes simplement, pour respirer, se ressourcer, retrouver un peu de sérénité dans nos sociétés actuelles en pertes de repères, de plus en plus secouées par les tensions et le stress. Aller en montagne, pour s'émerveiller et redécouvrir des sensations fortes a peut-être à voir avec le sens même de la vie humaine. Cette recherche d'authenticité des liens avec la nature explique sans doute la forte progression des pratiques douces de la montagne, en terrains peu ou pas aménagés. Preuve en est la très bonne santé des pratiques de randonnée, à ski, à pied ou en raquettes.
 
Pour l'avenir de nos montagnes, investissons dans l'énergie humaine !
Hébergeurs, agriculteurs, restaurateurs, guides et accompagnateurs en montagne, gardiens de refuge, garde-moniteurs des parcs nationaux et régionaux, artisans, artistes, bergers, producteurs locaux, acteurs du développement territorial ou encore élus des territoires de montagne : une multitude de femmes et d'hommes font aujourd'hui preuve de créativité et d'audace pour aller vers un tourisme, vers des activités économiques, vers des modes de vie plus en harmonie avec nos territoires montagnards, leurs singularités uniques et leurs véritables richesses. Tournons la page des anciens modèles de développement. Investissons dans les passions et l'énergie humaine !
 
Monsieur le Président et Monsieur le Conseiller spécial, nous sommes disponibles pour travailler et inventer un autre avenir, l'avenir de la montagne. »
 
 
Frédi Meignan,
Président de Mountain Wilderness France
commentaires
<< < 10 20 30 40 50 60 70 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 100 200 300 > >>