Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Le bilan du programme de rénovation énergétique de la Ville

Publié le 21 Octobre 2018 par Thierry BILLET

Nous arrivons au terme du programme "J'éco rénove ma copropriété" lancé fin 2013, il s'achève en octobre 2018. Nous visions 2 000 logements réhabilités et nous aurons presque atteint l'objectif avec 1 930 logements rénovés. Un premier bilan est donc possible.

Le montant global des travaux généré par le programme sera de 29 millions d'euros réalisés par des entreprises locales pour 41 copropriétés. La Ville aura investi de l'ordre de 3 millions d'euros dans ce programme qui a atteint tous ses objectifs.

Sur les 1 930, 590 appartiennent à des propriétaires occupants qui sont éligibles aux aides de l'agence nationale pour l'amélioration de l'habitat (ANAH). Ce sont donc des propriétaires modestes, souvent des retraités qui ont pu acheter dans les années 1970 et qui disposent aujourd'hui de faibles retraites. 

Les économies d'énergie sont de l'ordre de 10 000 Mwh par an soit l'équivalent de 2 500 logements neufs et 2 500 tonnes de CO2 économisées par an. En effet, alors que l'obligation que nous avions fixée était de réduire les consommations de 25% au minimum, nous constatons une réduction de l'ordre de 35%.

Le relais va être repris par le GRAND ANNECY qui a la compétence HABITAT désormais et un volet du Plan local de l'Habitat sera dédié à la poursuite de cet effort de rénovation urbaine avec des modules complémentaires qui pourraient être le logement insalubre et le maintien à domicile en cas de perte d'autonomie. Mais d'autres initiatives sont en cours : favoriser la surélévation d'un étage de l'immeuble pour financer la rénovation énergétique par exemple, différencier l'aide selon le gain thermique réalisé pour aller vers des bâtiments passifs, etc.

 

 

commentaires

5° université des alpes à ANNECY, "L’eau des montagnes un bien commun, mais à quel prix ?"

Publié le 20 Octobre 2018 par

La cinquième "Université des ALPES" avait lieu à ANNECY jeudi et vendredi derniers avec la remise des prix à de jeunes chercheurs alpins en clôture des travaux. 

La matinée de vendredi a été exceptionnelle avec les conférences de Jean-Baptiste BOSSON sur l'évolution des glaciers dans les ALPES et sur le plan mondial et de Martin BENISTON climatologue, membre du GIEC, sur le climat.

La recherche académique suisse était fort justement mise à l'honneur.

Je vous propose deux photos dont vous m'excuserez la mauvaise qualité.

5° université des alpes à ANNECY, "L’eau des montagnes un bien commun, mais à quel prix ?"

GENEVE a aujourd'hui le climat de TOULOUSE en 1950...

5° université des alpes à ANNECY, "L’eau des montagnes un bien commun, mais à quel prix ?"

Les perspectives présentées par le GIEC il y a dix ans étaient exactement celles que nous rencontrons cette année : plus importantes précipitations l'hiver et diminution drastique l'été.

La seule différence est que cette prévision concernait l'horizon 2030-2050.. Et que nous y sommes déjà.

Nous aurons sans doute la chance d'accueillir désormais très régulièrement l'université des ALPES à ANNECY, une utile contribution à la rédaction de notre Plan climat air énergie du GRAND ANNECY, au moment où s'engage la mission co pilotée par la Direction départementale des territoires et par le SILA pour définir les moyens de nous adapter au nouveau régime climatique après l'accord de l'Etat pour remettre en question la fameuse cote 80 qu'il fallait maintenir toute l'année.

Le marnage naturel du lac étant maintenant un fait avéré, il convient de travailler pour qu'il soit le moins nuisible aux milieux naturels terriblement mis à mal par la sécheresse que nous connaissons : tous les torrents, ruisseaux, rivières et sources sont dans un état critique.

 

commentaires

Création de sites propres pour les lignes de bus de la Sibra

Publié le 19 Octobre 2018 par Thierry BILLET

Le vote en conseil d'agglomération ce jeudi soir de l'augmentation du versement transports va permettre de financer l'amélioration de notre réseau de transports urbains. Ainsi , à partir du printemps 2019,

la Sibra va enrichir son réseau de transports en commun et son offre de mobilité grâce, entre autres, à la mise en service de plusieurs lignes fortes et structurantes qui apporteront des cadences renforcées et un meilleur confort pour les usagers avec l’utilisation de bus articulés.

Plusieurs améliorations sont d’ores et déjà programmées cette fin octobre pour favoriser, sur certains secteurs, les approches des bus à l’arrivée dans plusieurs carrefours.

Ainsi, à partir du 22 octobre, la Ville d’Annecy va procéder à la création de sections de sites propres dédiés aux transports en commun et aux cyclistes :

         - Avenue de Genève en direction du centre-ville depuis le giratoire du Léman   jusqu’au giratoire du Fier, ce qui aura pour conséquence de dédier la voie de droite aux bus et vélos et la voie de gauche aux automobiles.

  • -  Avenue de Chambéry entre le Pont-Neuf et le giratoire de la Banque de France, ce qui aura pour conséquence de canaliser la circulation des véhicules dans un seul couloir d’approche en entrée sur le carrefour avec l’avenue du Rhône, laissant la priorité aux bus.

  • -  Place Carnot au carrefour entre le boulevard Decouz, l’avenue de Genève, la rue Carnot et le boulevard du Lycée :

    Sur le boulevard Decouz, en approche depuis le giratoire avec les avenues Berthollet et du Stand et dans ce sens, la voie centrale devient réservée aux transports en commun avec création d’un site propre,

    Sur l’avenue de Genève dans sa section sud en approche sur la place Carnot à partir de l’intersection avec l’avenue des Romains, la voie de droite devient également un site propre réservé aux transports en commun.

 

page1image2884256

 

page1image2883584
  •  

  •  
page1image2883808
page1image2885488
 
commentaires

Une bénévole pour accompagner les citoyens dans leurs démarches en ligne

Publié le 18 Octobre 2018 par Thierry BILLET

Faites connaître cette initiative, merci !

Les démarches administratives, les rendez-vous médicaux, la Ville a elle-même mis en place un système de prise de rendez-vous en ligne pour les documents d’identité (SynBird), les formalités du quotidien se pratiquent de plus en plus sur Internet. Le numérique devient ainsi le canal privilégié de nombreuses structures et administrations alors même que nombre de nos citoyens ne maîtrisent pas toutes les fonctionnalités des outils informatiques.

Pour aider celles et ceux qui se trouveraient dans cette situation, la Ville d’Annecy accueillera tous les mercredis à partir du 21 novembre, la permanence d’une bénévole qui se propose d’accompagner dans leurs démarches quotidiennes, les citoyens éloignés des pratiques et outils informatiques,

Mme Lefevre vous attend à partir du mercredi 21 novembre 2018, chaque mercredi de 10h à 12h et de 14h à 16h, sans rendez-vous, à l’Hôtel de Ville d’Annecy.

page1image2948320
commentaires

TRANSITION NUMERIQUE, appel à projets associatifs

Publié le 16 Octobre 2018 par Thierry BILLET

Dans le cadre de sa stratégie commune avec le GRAND ANNECY sur la transition numérique, la Ville d’Annecy lance un appel à projets en direction des associations annéciennes afin de les accompagner dans le développement de projets autour du numérique et de ses usages. 

Le numérique a permis une accélération et une décentralisation de la circulation des savoirs. Les méthodes de travail et les pratiques collaboratives se sont généralisées grâce à la diffusion d’outils numériques. 

Si le monde économique a déjà bien entamé sa « mue numérique », à des degrés divers selon les secteurs d’activité, la situation est plus contrastée pour le secteur associatif. 

Pourtant, si l’on veut pleinement vivre une transition numérique à visage humain, il est essentiel que les associations locales se saisissent des opportunités offertes par les nouveaux outils et usages numériques. 

Accompagner les associations annéciennes 

L’appel à projets « Transition numérique » à destination des associations annéciennes est défini autour de trois thèmes principaux : 

  •   Acquérir des compétences en lien avec les usages numériques ; 

  •   Reconnaître et développer la culture numérique ; 

  •   Favoriser les pratiques collaboratives, le lien social et l’innovation citoyenne. 

    Tous les sujets peuvent être abordés*: action sociale, éducation, emploi, logement, environnement, culture, éducation, sport, tourisme, etc. 

    Les objectifs de cet appel à projets sont les suivants : 

  •   Aider le secteur associatif à mieux s’approprier les outils numériques pour améliorer leur fonctionnement interne et mener à bien leurs missions ; 

  •   Accompagner des actions faisant la part belle à l’animation, la pédagogie et la création de lien social – il ne s’agit pas de se limiter à aider l’acquisition d’équipements informatiques ; 

  •   Accompagner des actions qui ont des retombées bénéfiques d’ordre social, culturel, économique ou encore environnemental pour le territoire et les habitants. 

Les meilleurs projets seront retenus suite à la décision d’un jury de sélection composé d’élus municipaux et d’experts locaux dans les domaines du numérique et du monde associatif.

La Ville d’Annecy accompagnera les projets retenus par une subvention directe verséeforfaitairement et/ou par un accompagnement non financier.

La date butoir de remise des dossiers de candidature est fixée au 18 janvier 2019.

+ d’infos sur le www.annecy.fr, rubrique Commune nouvelle/transition numérique

*Quelques exemples de projets pouvant être proposés :

- Organiser des ateliers d'initiation à la programmation informatique pour les jeunes,
- Accompagner enfants et parents sur les questions de sécurité et de protection des données sur Internet - Sensibiliser le public à l
’impact environnemental des outils numériques
- Aider à la création artistique numérique (projets artistiques)
- Créer une webradio de quartier
- Créer un livre numérique sur le patrimoine local
- Accompagner des jumelages d'écoles grâce à la visioconférence
Etc...

commentaires

Evaporation de voitures Place des Romains

Publié le 12 Octobre 2018 par Thierry BILLET

Comme il fallait s'y attendre, les voitures se sont évaporées Place des Romains. Le parking est maintenant disponible pour les personnes qui viennent en ville de loin pour faire leurs démarches administratives ou faire leurs courses. Les voitures ventouses ou les campings cars sont partis. Et ceux qui utilisaient leur voiture pour faire quelques centaines de mètres ont opté pour la marche à pied, le bus ou le vélo.

Les études suisses montrent que dès l'instant où, sur le trajet domicile travail, il est possible de se garer gratuitement devant chez soi et sur le lieu de travail, et même si l'offre de transports collectifs est abondante, les habitants continuent d'utiliser la voiture individuelle.

En rendant payante la Place des Romains, la Ville a déstabilisé ces mauvaises habitudes et un pourcentage estimé à 40% des voitures dans certaines études s'est "volatilisé", c'est à dire que les conducteurs ont décidé de ne plus se déplacer en voiture.

Le report de stationnement sur les rues adjacentes qui est évoqué doit trouver une réponse complémentaire. A NANCY, le maire a organisé des referendums dans chaque rue sur le sujet. Ces referendums ont plébiscité le stationnement payant accompagné d'un abonnement spécifique pour les résidents...

Evaporation de voitures Place des Romains
commentaires

L'Etat se prononce en faveur du marnage du lac

Publié le 11 Octobre 2018 par Thierry BILLET

L'état du lac en ce début octobre est la preuve par l'exemple que le nouveau régime climatique n'est pas pour demain : nous y sommes déjà bel et bien.

Dans ce contexte, les 1,2 milliards de mètres cube stockés dans le lac nous protègent d'un aléa climatique aussi significatif que celui que nous connaissons avec une sécheresse aussi subite qu'intense.

Mais le débit sortant est de 3,9 mètres cube par seconde : 1,2 m3 par évaporation, 0,5 m3 pour l'eau potable et 2,2 m3 pour alimenter le THIOU et éviter la mort de toute vie aquatique en aval. Nous sommes mêmes descendus à 1,75 m3 pour le débit réservé à cette fin; ce qui est le strict minimum en deçà duquel les dégâts à l'aval seraient irrémédiables. L'entrée dans le lac est de l'ordre de 2,4 m3/seconde : le déficit est marqué et explique seul le marnage négatif que nous constatons tous.

L'été 2018 est le deuxième été le plus chaud que nous ayons connu à ANNECY. Nous n'avons connu qu'un seul précédent à la côte 19 qui est celle de ces derniers jours; c'était en 1947.

Lors de la conférence lac de ce lundi 9 octobre, l'Etat a confirmé son accord pour relancer le travail réalisé par le SILA en 2014 en large concertation avec les parties prenantes du lac de manière à s'adapter à ce nouveau régime climatique.

Car si la sécheresse actuelle est acceptable par l'écosystème lacustre, elle ne l'est pas pour les torrents, les sources et les cours d'eau. Les sources à sec marquent cet été 2018 comme jamais. 

Mais l'excès sera peut-être dans quelques semaines inverse avec des pluies trop abondantes pour être gérées efficacement et éviter l'inondation.

C'est donc à ces phénomènes météorologiques qui ne seront plus exceptionnels que nous devons nous adapter. Cela demande de l'intelligence collective, une volonté commune de protection des biens et des personnes, des écosystèmes naturels et bien entendu une prise en compte des intérêts économiques touristique mais aussi de production d'électricité hydraulique sur le THIOU.

Le feu vert donné par l'Etat en ce début octobre 2018 permet de relancer le travail pour aboutir à des solutions partagées en 2019. La différence avec 2014, c'est que nous allons devoir imaginer des scenarii d'évolution de la masse d'eau bien plus significatifs que ceux que nous avions imaginés alors. Ici comme partout sur la planète, le réchauffement climatique est allé plus vite que ceux qui niaient le phénomène il y a encore 5 ans...

commentaires

"L'eau des montagnes, un bien commun mais à quel prix ?"

Publié le 10 Octobre 2018 par Thierry BILLET

Marc BENISTON, ancien vice président du groupe de travail IMPACT du GIEC sera à ANNECY le 19 octobre au Chateau. Il prononcera une conférence sur le thème "L'eau des montagnes, un bien commun mais à quel prix ?"

Plus d'informations sur le site

http://www.universitedesalpes.com/programme/

Martin Beniston a fait ses études universitaires en Angleterre et sa thèse de doctorat à Paris et enfin son Habilitation à l’École Polytechnique Fédérale de Zurich. Il a travaillé dans la recherche climatique en Australie, en France, au Canada, en Allemagne et en Suisse.

De 1993-1996 il a assuré la vice-présidence du groupe « Impacts » du GIEC où il a été co-récipiendaire du Prix Nobel de la Paix 2007 avant d’être nommé professeur à l’Université de Fribourg, où il a dirigé l’Institut de Géographie.

En 2006, il déménage à l’Université de Genève comme professeur et directeur de l’Institut des Sciences de l’Environnement. Parmi les nombreux projets qu’il a conduits, le grand projet européen ACQWA (www.acqwa.ch) sur les ressources en eau dans un climat qui change, ainsi que l’expédition « PlanetSolar DeepWater » de 2013 dans l’Atlantique Nord, utilisant le plus grand bateau solaire du monde, le navire suisse « PlanetSolar ». Il a à son actif près de 200 publications scientifiques et siège sur de nombreuses commissions internationales. En 2000 il est élu membre de l’Académie Européenne des Sciences.

 

Voir le programme complet

 "L'eau des montagnes, un bien commun mais à quel prix ?"
commentaires

20 octobre SAINT JORIOZ réduisons nos déchets !

Publié le 9 Octobre 2018 par Thierry BILLET

20 octobre SAINT JORIOZ réduisons nos déchets !
20 octobre SAINT JORIOZ réduisons nos déchets !
commentaires

Bilan de la concession gaz de la Ville

Publié le 8 Octobre 2018 par Thierry BILLET

La Ville concède à GRDF le  réseau de distribution du gaz; ce qui représente 325 kilomètres de canalisations pour la commune nouvelle en 2017. Contrairement à l'électricité, le raccordement au gaz n'est pas une obligation pour l'opérateur en charge de cette mission de service public.

En FRANCE, c'est GRDF qui exerce cette mission, et malheureusement, comme pour ENEDIS avec EDF pour l'électricité, cette mission est assurée par une entreprise qui appartient à un groupe privé alors qu'elle remplit une mission publique pour le compte de tous les distributeurs de gaz. Je ne sais pas à quel montant GRDF finance ENGIE, mais ALTERNATIVES ECONOMIQUES a montré que la contribution d'ENEDIS qui distribue l'électricité de tous les producteurs d'électricité - dont ENERCOOP que je vous recommande chaudement et qui est le seul à être crédible quant à la distribution d'électricité renouvelable - au bénéfice d'EDF est considérable.

Cette dépendance économique de ces deux distributeurs qui doivent pourtant statutairement être neutres par rapport aux fournisseurs d'énergie est une aberration. Ils sont neutres mais les bénéfices qu'ils produisent ne servent pas à l'intérêt général et au réinvestissement : ils servent à alimenter le bénéfice des groupes privés auxquels ils appartiennent. Il faut que le législateur change cela ou que l'Union européenne impose cette séparation qui n'est pas conforme à l'esprit de la directive énergie.

Reste que le travail réalisé par GRDF localement est exempt de toute critique avec une croissance régulière du réseau et une démarche d'anticipation des zones d'aménagement de manière à ce que les promoteurs disposent d'une solution gaz dans tous les cas. C'est stratégique sur le plan de la transition énergétique car GRDF avec l'ADEME ont élaboré un scénario 100% bio méthane en 2030 qui nécessite que le bio gaz produit par les méthaniseurs ruraux souhaités par ce scénario puissent être effectivement raccordés.  

Le potentiel est gigantesque au sein de l'agriculture et il sera détaillé dans le plan climat air énergie du GRAND ANNECY. Déjà la méthanisation des boues des stations d'épuration du Syndicat du lac produit 12 Gigawattheures dans des conditions optimales à CRAN GEVRIER. Mais ce n'est qu'un tout premier début.

 

commentaires
<< < 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 200 300 > >>