Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet
Articles récents

Morbegno : une petite ville fête son titre de ville des alpes de l'année

7 Mars 2019 , Rédigé par Thierry BILLET

J'aurai le plaisir en tant que Président de l'association des villes des alpes de l'année de remettre au maire de MORBEGNO le titre de ville des alpes 2019 ce 14 mars en ITALIE. En voici les raisons :

Un réseau de pistes cyclables régulièrement étoffé, des palais historiques remis à neuf, des voitures électriques de location : Morbegno bouge et a été récompensée de ses efforts par l’attribution du titre de « Ville des Alpes de l’Année ». 
La petite ville italienne près du lac de Côme possède un riche patrimoine historique et culturel, et s’est fait un nom dans le milieu du tourisme doux et gastronomique. Le titre sera remis le 14 mars 2019 à cette ville de 12 000 habitants dotée de nombreux atouts. Le jury international de l’association « Ville des Alpes de l’Année » a notamment souligné la volonté de la ville de coopérer avec les territoires de montagne environnants.Morbegno mise sur le développement soutenable : elle a équipé son centre-ville de luminaires LED et veille à limiter l’artificialisation des sols. La petite ville lombardeencourage en outre l'agriculture locale, et a mis en place un système de chauffage urbain. Elle a déployé des mesures visant à réduire le trafic au centre-ville, et a aménagé ses espaces verts pour les rendre plus accueillants aux familles, aux enfants et aux personnes en situation de handicap. La ville propose également de nombreuses activités de découverte de son patrimoine naturel et culturel. 
« Nous attachons une grande importance à ce que Morbegno reste une ville ouverte et qu’elle garde sa qualité de vie. Chaque année, nous proposons des activités et des manifestations culturelles pour animer la ville. Ces animations remportent un grand succès et créent du lien entre les habitants », se félicite Andrea Ruggeri, maire de la ville. Sources et informations complémentaires :
 
 
 
Lire la suite

HULOT-BERGER, viva !

6 Mars 2019 , Rédigé par Thierry BILLET

Lire la suite

Vulnérabilité du GRAND ANNECY au nouveau régime climatique

3 Mars 2019 , Rédigé par Thierry BILLET

Le GRAND ANNECY travaille d'arrache pied pour mettre en place le plan d'actions qui sera la clef de voute du Plan Climat Air Energie du territoire (PCAET). Ce travail commence par l'élaboration d'un diagnostic de la vulnérabilité du territoire au regard du nouveau régime climatique tel qu'il est attendu en 2050. Globalement les scientifiques nous disent que le climat futur est une consolidation de ce que nous constatons en 2018 avec une stabilité des précipitations mais une répartition très différente dans l'année (sécheresse et forte évaporation-transpiration l'été).

Les enjeux qui émergent sont des enjeux récents auxquels nous devons répondre : les feux de forêt, les plantes invasives allergènes (ambroisie), de nouveaux parasites pour la forêt et le changement de la végétation toujours plus méridionale, mais aussi la pollution d'été à l'Ozone.

Face à ces enjeux que nous allons "temporaliser" selon leur rapidité de survenance, il faudra identifier les capacités d'adaptation du territoire de manière à faire émerger les vulnérabilités spécifiques à notre territoire alpin pour organiser notre résilience collective.

Retenez juste que la facture énergétique du GRAND ANNECY c'est 460 millions d'euros dont 41% pour le pétrole et 13% pour le gaz : tout ce que nous pourrons économiser et/ou relocaliser par des énergies renouvelables sera bénéfique à l'économie annécienne.

Pour en débattre, notez le 11 AVRIL après-midi et soirée à l'IMPÉRIAL pour le lancement officiel de notre Plan climat.

Lire la suite

Fermaculture, bilan de la première année

2 Mars 2019 , Rédigé par Thierry BILLET

Les animateurs de la "fermaculture", le projet de permaculture installé pour 4 ans sur un terrain municipal de 4 hectares à VOVRAY, près du centre équestre nous ont rencontré pour faire le point de leur première année d'activités. Et leur bilan est très positif.

D'abord, malgré l'absence de tout arrosage et la sécheresse de l'année dernière, la production a été très bonne (la permaculture, ça marche !). Le terrain est peu à peu transformé en accord avec les principes de la permaculture (première mare, plantation d'arbustes,...) dans le cadre d'un fonctionnement associatif démocratique suite au fort renouvellement des adhérents en 2017/2018.

La formation qui est un des axes forts du projet s'est mise en place avec 39 personnes formées (initiation et cours certifié).

Le projet est suivi par 780 abonnés à la lettre électronique et 1 570 suiveurs sur la page Facebook.

Le bilan financier est excédentaire pour 2018 et le prévisionnel 2019 est équilibré avec un gros investissement à réaliser dans l'abri nécessaire au développement du maraichage. 

Raymond PAGET, maire adjoint en charge du dossier) et moi-même avons rappelé à l'association que la Ville s'était engagée pour une période probatoire ferme de 4 ans pour que les bénévoles aient le temps de développer leur modèle associatif et économique sans précipitation et en nouant toutes les collaborations utiles.

Lire la suite

Pourquoi la zone de circulation différenciée n'a pas été activée à ANNECY ?

1 Mars 2019 , Rédigé par Thierry BILLET

Chacun a pu constater la dégradation de la qualité de l'air ces derniers jours à ANNECY et certains se sont étonnés que la zone de circulation différenciée (ZCD) ne soit pas activée comme elle l'a été à LYON ou PARIS. C'est l'occasion de rappeler la réglementation applicable et l'originalité du dispositif annécien.

  1. Une zone de circulation différenciée (ZCD) où la circulation des véhicules les plus polluants peut être restreinte peut être instituée dans le cadre d'un plan de protection de l'atmosphère (PPA). Mais cela n'est pas obligatoire : il n'y a pas de ZCD dans le PPA de la Vallée de l'ARVE par exemple. Le principe légal (Décret n° 2016-847 du 28 juin 2016 relatif aux zones à circulation restreinte ) est donc que sans PPA il n'y a pas de possibilité de zone de circulation différenciée. Mais alors pourquoi y en a t'il une à ANNECY qui n'a pas de PPA ? 
  2. A ANNECY, l'Etat n'a pas souhaité prescrire un PPA et a fait confiance au GRAND ANNECY pour adopter un Plan Local pour la Qualité de l'Air (PLQA). Dans le cadre de ce PLQA, le choix politique volontariste des élus locaux a été d'instituer une ZCD volontaire en dehors de la base légale du PPA. C'est une situation juridique unique en FRANCE : la ZCD annécienne résulte uniquement d'un choix politique local montrant la détermination de la Ville et de l'agglomération à s'engager fermement pour la qualité de l'air.
  3. La base légale de cette ZCD exceptionnelle est un arrêté préfectoral spécifique pris par le Préfet de la HAUTE SAVOIE qui décide de la mise en oeuvre de la ZCD en deux étapes selon le seuil d'alerte fixé par la Loi. Tant que le seuil d'alerte n'est pas franchi, la ZCD ne peut légalement être mise en oeuvre. C'est la raison pour laquelle l'application de la Zone de circulation différenciée n'a pas été activée par le Préfet pendant la période récente de dégradation de la qualité de l'air. Si le Préfet décidait d'activer la ZCD avant que le seuil ne soit franchi, sa décision ne manquerait pas d'être déférée devant la juridiction administrative qui l'annulerait.
  4. Rappelons encore que malgré la dégradation de la qualité de l'air, les cyclistes respirent un air plus pur que les automobilistes qui se croient protégés dans leurs véhicules thermiques. Encore une idée reçue qu'il nous faut combattre !
Lire la suite

Combattre sans relâche les mensonges du F-HAINE

26 Février 2019 , Rédigé par Thierry BILLET

Devant les mensonges répétés du F-HAINE sur les migrants, une mise au point utile des "décodeurs" du MONDE.
1. NON, LES MIGRANTS NE TOUCHENT PAS DAVANTAGE QUE LES RETRAITÉS
L’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA ou minimum vieillesse) est versée à ceux, âgés de plus de 65 ans, qui perçoivent des revenus inférieurs à 868 euros mensuels, pour une personne seule, ou 1 347 euros pour un couple. Le montant de l’ASPA s’ajoute aux ressources personnelles : il comble la différence entre les revenus et, si ces derniers y sont inférieurs, les plafonds de 868 et 1 347 euros (autrement dit, un retraité seul avec un revenu de 500 euros, par exemple, percevra une ASPA de 368 euros). Il n’est pas nécessaire d’avoir travaillé et cotisé pour percevoir cette allocation. En clair, aucune personne âgée de plus de 65 ans ne peut percevoir moins que ces montants.
Un étranger peut percevoir l’ASPA s’il réside sur le territoire français depuis au moins dix ans, de façon légale. Un cas assez peu probable quand on est « fraîchement débarqué ». En dessous de 65 ans, un migrant, s’il est en situation irrégulière ou qu’il n’a pas d’attestation de demandeur d’asile (valable un mois puis à renouveler), n’a droit à rien.
Un demandeur d’asile peut bénéficier, pendant la période d’instruction de son dossier, de l’allocation au demandeur d’asile (ADA), soit 6,80 euros par jour, à quoi peuvent s’ajouter 7,40 euros si aucune place d’hébergement n’a été proposée. Soit un total maximal de 440 euros pour un mois de trente et un jours.
2. NON, UN MIGRANT N’A PAS ACCÈS AUTOMATIQUEMENT À UN LOGEMENT
D’abord, Marine Le Pen occulte les différents dispositifs d’hébergement d’urgence, de transition, et de réinsertion dont les Français peuvent bénéficier. Ensuite, les migrants en situation irrégulière ou en cours de régularisation n’ont pas accès aux logements sociaux. Les réfugiés, quant à eux, ne peuvent y avoir accès qu’à la marge, dans des zones qui disposent de logements vacants, commel’explique le ministère de l’intérieur sur son site.
Un peu plus d’une personne sans domicile sur deux (53 %) est de nationalité étrangère, selon les chiffres de l’Insee en 2012. Une surreprésentation flagrante quand on sait que les étrangers représentent environ 6 % de la population.
3. NON, UN MIGRANT N’A PAS ACCÈS À UN REVENU SOCIAL IMMÉDIAT
Comme expliqué plus haut, un migrant disposant d’une attestation de demandeur d’asile touche entre 6,80 euros et 14,20 euros d’allocation par jour. Par ailleurs, les demandeurs d’asile ne sont pas éligibles au revenu de solidarité active (RSA, environ 550 euros par mois) car il faut disposer d’un titre de séjour autorisant à travailler depuis plus de cinq ans (pour les étrangers non communautaires).
Quant aux allocations familiales, considérées comme un « gagne-pain » par les partisans d’un durcissement des politiques migratoires, les demandeurs d’asile n’y ont pas droit non plus, pas plus qu’aux aides au logement. Il y a des exceptions, notamment pour les apatrides ou les mères isolées. Mais globalement, la part des étrangers non communautaires dans les bénéficiaires du RMI, puis du RSA, n’a pas varié, oscillant autour de 13 % des allocataires.
4. NON, UN MIGRANT N’A PAS ACCÈS À DES SOINS TOTALEMENT GRATUITS
Là encore, c’est une antienne de l’extrême droite, certains allant jusqu’à affirmer – à tort – que les personnes en situation irrégulière peuvent bénéficier de cures thermales gratuites. Pourtant, les droits des migrants en la matière sont limités.
Tant que le demandeur d’asile n’est pas reconnu comme tel, il ne peut être pris en charge que pour une urgence, et uniquement dans les hôpitaux où des permanences d’accès aux soins de santé (PASS) ont été mises en place. Il existe en outre un dispositif accessible à partir du moment où la demande est acceptée : c’est l’aide médicale d’Etat (AME), soumise à conditions de ressources et de résidence stable en France (seuls les mineurs peuvent en bénéficier sans condition). Elle ne donne droit qu’à un panier restreint de soins et n’est pas accessible à des membres de la famille résidant à l’étranger.
Une fois sa demande d’asile enregistrée, il peut bénéficier (en cotisant s’il travaille) de la protection universelle maladie (PUMa) : frais médicaux et hospitaliers sont alors pris en charge intégralement… en théorie. Dans la réalité, tous les praticiens n’acceptent pas les patients sous ce régime.
Lire la suite

TUMBACH - TRIGENIUM toujours dans l'illégalité

24 Février 2019 , Rédigé par Thierry BILLET

En début 2019, un nouveau contrôle de la DREAL a eu lieu chez TUMBACH, sur la zone de VOVRAY à ANNECY. 

Pour ne donner qu'un exemple, l'arrêté préfectoral du 17 décembre 2013 autorise le stockage de 140 m3 de films plastiques et de 1800 m3 de déchets industriels non dangereux et encombrants. Lors du contrôle, 400 m3 de plastiques et 2500 m3 de déchets et encombrants étaient présents... "Précisons que ces derniers débordaient très notablement de l'appentis où ils doivent être stockés et qu'une partie d'entre eux était stockée après broyage en extérieur, interdisant l'accès aux balles de papiers et cartons présentes dans le bâtiment, aux dires de l'exploitant. Au niveau des stocks, le sol était sale, générant une atteinte à la qualité de l'ISERNON lors de chaque précipitation."

L'ISERNON, ce petit ruisseau qui se jette dans le THIOU au PONT NEUF, également pollué par un autre stockage de TUMBACH : "(...) l'absence de traitement des eaux de ruissellement de la zone de stockage des balles de papiers et cartons qui importent directement la qualité du milieu récepteur constitué par le ruisseau de l'ISERNON"

Alors que le 10 février 2019, un nouvel incendie frappait TUMBACH; la DREAL écrivait prémonitoirement suite à son contrôle du 16 janvier : "Il convient notamment de souligner que le secteur du stockage n'est accessible que par une issue unique et que nous ne disposons d'aucun élément pour juger des conséquences d'un éventuel incendie, aucune étude ni aucune consultation du service d'incendie et de secours n'ayant été réalisée."

La DREAL a relevé plusieurs infractions à la réglementation sur la protection de l'environnement et le Parquet d'ANNECY est saisi. La Ville a décidé de se constituer partie civile pour que cessent ces infractions permanentes qui menacent le milieu naturel et la protection des riverains.

Lire la suite

La solaire du lac, la souscription au capital est ouverte

21 Février 2019 , Rédigé par Thierry BILLET

Pour la transition énergétique de notre GRAND ANNECY, entrez au capital de la Société coopérative d'intérêt collectif "LA SOLAIRE DU LAC".
L'assemblée générale de transformation de l'association en société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) s'est tenue le 17 janvier 2019.
Pour rappel, l'association est dissoute à compter du 1er février 2019,  et vous pouvez désormais accompagner La Solaire du Lac sous sa forme de coopérative en souscrivant une ou plusieurs parts de son capital.
Pour cela nous vous pouvez remplir le bulletin de souscription pour le nombre de parts de votre choix, une part valant 100 Euros, et effectuer le règlement correspondant selon l'une des modalités (par chèque ou par virement) indiquées sur le bulletin. Le bulletin de souscription vous sera adressé par simple demande à contact@solairedulac.fr
Votre souscription sera validée par le Conseil Coopératif après réception du règlement et de l'exemplaire du bulletin que vous nous aurez retourné.
Vous trouverez les statuts de la SCIC La Solaire du Lac sur le site Internet 
Lire la suite

Mensonges sur le photovoltaïque

20 Février 2019 , Rédigé par Thierry BILLET

Cela revient trop souvent dans les discussions entre élus sur le solaire photovoltaïque pour qu'il s'agisse de coïncidences. A tout propos, un bêtisier sur le solaire reprenant exactement les mêmes arguments nous est servi. Une mise au point s'impose dans l'ordre des allégations les plus courantes.

1/" Les panneaux durent dix ans" : les panneaux que va installer la SOLAIRE DU LAC sont garantis pour produire 80% de leur capacité actuelle dans 20 ans. Les panneaux durent de l'ordre de 40 ans sans aucun problème pour les anciens : les plus récents seront encore plus résistants.

2/ "Il n'y a pas de filière de recyclage" : la filière de recyclage est déjà existante et elle fonctionne au ralenti puisque peu de panneaux sont atteints par la limite d'âge. Et le plus étonnant est que les mêmes qui profèrent cette allégation pestent contre le principe "pollueur payeur" qu'ils voudraient voir appliquer au photovoltaïque, mais pas aux autres activités polluantes.

3/ "Tout vient de CHINE" :  La baisse du prix de rachat de l'électricité verte et l'absence de volonté européenne pour protéger l'industrie européenne ont ouvert la voie aux importations chinoises qui inondent le marché : qui a décidé de cette politique sinon ceux qui la dénoncent aujourd'hui pour diffamer le photovoltaïque ? Mais pour autant on trouve encore des panneaux européens comme ceux que le GRAND ANNECY et la SOLAIRE DU LAC vont installer prochainement. 

4/ "On brade l'indépendance nationale en remettant en cause le nucléaire" : ​​​​​​​ C'est le dernier argument, mais il sous tend les autres : cet "argumentaire" est en fait un plaidoyer pour le nucléaire. Et il ramène à la CHINE qui est le seul autre pays au monde à développer encore le nucléaire. Pierre RADANNE avait raison de faire remarquer que le nucléaire ne s'était développé que dans des pays centralisateurs où le pouvoir pouvait imposer des centrales nucléaires à leurs territoires : la FRANCE et le JAPON. Après FUKUSHIMA et les fautes commises par la filière atomique japonaise, la CHINE a pris le relais : elle est notre partenaire, sinon le vampire de la construction des réacteurs EDF en ANGLETERRE à Hinkley Point. Après la faillite d'AREVA, et le mur d'investissements auquel EDF est incapable de répondre pour remettre à niveau les centrales nucléaires existantes (100 milliards d'euros), c'est un nouveau scénario catastrophe industriel que nous prépare "l'indépendance nationale" annoncée.  

 

Lire la suite

Réseaux de chaleur, de grands pas en avant

19 Février 2019 , Rédigé par Thierry BILLET

Le GRAND ANNECY travaille d'arrache pied pour développer des réseaux de chaleur dans les années à venir.

La Ville lance son schéma directeur des réseaux de chaleur sur le territoire de la commune nouvelle autour des réseaux de NOVEL (biomasse) et de SEYNOD (chaleur fatale de l'incinérateur de CHAVANOD) pour envisager leur développement et/ou la création de nouveaux réseaux municipaux.

L'agglomération finalise quatre études de faisabilité de réseaux de chaleur hors de la commune nouvelle: ARGONAY, MONTAGNY LES LANCHES, EPAGNY METZ TESSY et POISY.

Le réseau de chaleur de L'AVANT SCÈNE qui utilisera l'eau du lac grâce à une pompe à chaleur XXL sera opérationnel à l'hiver 2020 et pourra ensuite chauffer l'eau de la piscine des MARQUISATS quand elle sera rénovée, mais aussi les constructions à venir sur le ténement BALLEYDIER.

Et enfin, conjointement avec le SYANE et le laboratoire de géophysique de l'Université de SAVOIE, nous travaillons à définir les capacités de la géothermie moyenne profondeur pour alimenter ces futurs réseaux de chaleur.

L'objectif est clair : réduire notre dépendance énergétique aux combustibles fossiles et améliorer la qualité de l'air  grâce à des installations de chauffage collectif performantes et contrôlées comme des installations classées pour la protection de l'environnement. L'heure n'est plus aux solutions individuelles, mais à des installations collectives efficaces et sobres.

Lire la suite