Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

politique locale

Téléphonie mobile, prédire les émissions

26 Mai 2011 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Politique locale

La Ville d'ANNECY a décidé de mettre en place une procédure innovante de contractualisation avec les opérateurs de téléphonie mobile pour mieux contrôler les niveaux d'émission d'ondes électromagnétiques sur la commune.


En effet, les "besoins" en matière de téléphonie mobile sont exponentiels et l'on verra prochainement arriver la "4G" qui permettra de voir des films sur son téléphone portable, de payer ses achats et d'ouvrir la porte de sa maison grâce à des applications domotiques variées.


J'ai déjà développé la stratégie municipale  ici :

Téléphonie mobile, un pas supplémentaire pour la santé publique


La mise en oeuvre de cette politique est en cours.


La Ville a choisi la CRIIREM, association totalement indépendante des opérateurs, pour effectuer des mesures complémentaires à celles des opérateurs pour les antennes installées sur des bâtiments municipaux.


La Ville a également sélectionné un cabinet d'experts qui vont nous aider à prédire les émissions en fonction de la localisation des antennes sur tel ou tel bâtiment public, mais également nous aider à compléter nos préconisations en disposant d'un appui technique de la part de ce cabinet indépendant. Une cartographie prédictive sera ainsi disponible et servira d'aide à la décision pour que la Ville choisisse d'accepter ou de refuser une antenne en fonction des niveaux d'exposition prévus, avant même que l'antenne ne soit installée.

Ce conseil pourra y compris préconiser de réduire presque à zéro un des faisceaux si il est susceptible de concerner un établissement sensible.


La première réunion de travail avec ce cabinet a permis d'engager le travail concrètement avec des résultats attendus pour l'automne.

La Ville communique ainsi les données cartographiques utiles au travail des consultants, la liste des établissements sensibles (crèches, écoles, etc.) et la liste des antennes existantes et les dossiers en cours de manière à ce que le cabinet puisse modéliser les impacts à partir de tel ou tel bâtiment municipal.


Au quotidien, le travail de mesure continue au niveau des établissements sensibles comme par exemple la semaine dernière pour l'Ecole Vaugelas qui a permis de constater des niveaux pratiquement nuls provenant des antennes installées sur des bâtiments privés sur lesquelles la Ville n'a pas de droit de regard.


 

Lire la suite

ETG, raison garder

10 Mai 2011 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Politique locale

Il y a maintenant de très grandes chances que EVIAN THONON GAILLARD soit en LIGUE 1 l'année prochaine; c'est à dire dès août 2011.

Comme le foot rend fou les élus de tous bords, il faut donc dés maintenant s'attacher à raison garder.

On a vu fleurir les propositions comme celle d'un stade flambant neuf à SEYNOD.

Pour fixer les idées, le stade des ALPES à GRENOBLE a coûté 90 millions d'euros et GRENOBLE est resté un an en LIGUE 1...

Il faut donc tout faire pour qu'ANNECY et son agglo ne se trouvent pas embarqués dans des dépenses qui ne seraient accompagnées d'aucun héritage positif en matière d'aménagement du territoire.

Au contraire, la dépense doit être maîtrisée et les dessertes du stade en transports collectifs doivent être mis au niveau pour une fréquentation de l'ordre de 10 à 15.000 personnes pour chaque match.

Tandis que la responsabilité de l'actionnaire du Club doit être clairement engagée pour que les améliorations du stade exigées exclusivement par le football soient payées par le Club et uniquement par lui.

Par exemple, l'éclairage va encore être accru pour permettre à la télévision de se croire en plein jour : cela ne servira que le football sans aucun héritage positif pour les annéciens.

Utiliser le stade d'ANNECY peut être considéré comme une utilisation rationnelle d'un équipement existant qu'il convient de mettre aux normes minimales exigées par la LIGUE 1 plutôt que de construire un équipement ex nihilo qui ne serait accessible qu'en voiture.

Au Club et aux élus de conserver les pieds sur terre et de favoriser les transports collectifs sur un stade en site urbain pour le plaisir des amateurs.

Il faut des liaisons par bus avec la gare au début et à la fin des matchs et des liaisons ferroviaires adaptées depuis le CHABLAIS pour que ces matches soient aussi une avancée environnementale.

 



.

Lire la suite

Centre de congrès, faut-il le construire ?

8 Avril 2011 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Politique locale

Je suis surpris de voir que la discussion, voir la polémique sur le sujet du Centre de Congrès se focalise sur le lieu où il doit être installé.

La question qui me taraude depuis que ce projet est sur la table et cela ne date pas d'hier, c'est celui de la compatibilité de cet équipement de haut vol, destiné à une clientèle de congressistes venant du monde entier avec l'urgence écologique.

Je crois que dans le mandat précédent, avec le regretté Jean-Louis Molié, nous nous étions abstenus sur le vote à la C2A en nous interrogeant sur ce point.

En clair, ce type d'équipement qui est fondé sur des déplacements intercontinentaux et a minima continentaux est-il "écolo compatible" ?

Le renchérissement du coût de l'énergie, les efforts pour "relocaliser" l'économie ne vont ils pas sonner le glas d'un tel équipement mondialisé ?

C'est - me semble t'il - ce qui devrait fonder la réflexion des écologistes sur ce sujet et non de surfer sur les positions obscurantistes de certains commerçants annéciens qui veulent qu'on leur amène par la main le congressiste à la porte de leur magasin : de peur qu'il ne s'échappe ?

Et j'avoue que je ne sais pas répondre à cette question déterminante.

Si l'on veut tenir le seuil (ou plutôt revenir au seuil) des 350 ppm de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, ce type d'équipement est-il acceptable, avec ce qu'il présuppose de déplacements en avion ?

On est tenté de répondre négativement.

Mon doute vient de ce que l'on ne règlera pas les questions du climat par le souverainisme national, mais par le dialogue des Etats et des peuples.

Et qu'il faut donc des endroits où ces rencontres peuvent avoir lieu. Coppenhague, Rio, Kyoto, Cancun,...

J'ai la conviction qu'ANNECY a un avenir pour cela.

Et cet avenir peut se symboliser par un équipement comme celui-là.

Lire la suite

Cantonales à ANNECY LE VIEUX

23 Mars 2011 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Politique locale

Les résultats des cantonales dans les deux cantons d'ANNECY CENTRE et d'ANNECY LE VIEUX où EELV est au second tour ne renvoient pas aux mêmes explications.


Je me suis exprimé sur ANNECY Centre.

Cantonale 1er tour, seconde analyse

Résultats des cantonales à ANNECY


Sur ANNECY LE VIEUX, les explications me semblent différentes.

En effet, le candidat socialiste, Jean-Jacques PASQUIER fait un travail de terrain remarquable à ANNECY LE VIEUX, en assumant avec beaucoup de convictions un travail de conseiller municipal d'opposition à Bernard ACCOYER dans des conditions difficiles.

Son échec électoral me semble donc lié à toute autre chose : la sociologie de ce canton où les catégories socio professionnelles les plus riches sont en grande proportion.

Cet électorat est sensible aux thèses écologistes : il veut défendre sa qualité de vie autour du lac et compte sur les écologistes pour le faire.

Le vote EELV sur ce canton est donc un vote de préservation du lac par une catégorie socio professionnelle bien déterminée dont une majeure partie ne se définit pas comme étant de gauche, bien au contraire !

Le hiatus sur le vote écologiste est ici entier : il est perçu par certains militants radicaux de l'écologie comme un soutien aux "anti JO"; alors qu'il est  en réalité l'expression politique d'une population aisée qui souhaite conserver un cadre de vie agréable, et qui se préoccupe de sa santé et de l'environnement pour elle et ses enfants.

Dans ce contexte, le vote socialiste n'apparaît pas comme pertinent dans la mesure où le PS a été très absent de ces enjeux autour du lac depuis nos grandes luttes depuis 2005 sur la loi littoral.

Et surtout où cet électorat n'est pas un électorat de gauche (cela se saurait !) et qu'il alterne ses votes en fonction du scrutin, de son enjeu et des régles électorales.

Un même résultat électoral sur deux cantons contigüs n'est pas le résultat d'une seule posture politique : il est l'expression de deux mouvements politiques différents issus de deux sociologies électorales distinctes.

La sociologie d'ANNECY Ville n'est pas celle des bords du lac où les catégories sociales supérieures ont "émigré" en quittant le coeur de ville.

C'est cette analyse qui me fait penser qu'un candidat écologiste peut battre l'UMP aux législatives dans notre département parce qu'il peut mieux rassembler une large palette de sensibilités.



Lire la suite

Résultats des cantonales à ANNECY

20 Mars 2011 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Politique locale

Les résultats du premier tour des cantonales sur ANNECY confirment l'implantation des écologistes sur le plan électoral.

François ASTORG est qualifié pour le 2° tour avec environ 20% des voix.

Le candidat du PS, Denis DUPERTHUY, réalise à peine 16% : sa posture plus à l'extrême gauche que le NPA et caricaturalement anti JO a détourné les électeurs socialistes d'une position politique radicalisée qu'ils ne reconnaissent pas comme étant celle des socialistes.

C'est la preuve que la question des JO n'était pas l'objet de ces cantonales comme le prouve le score de Philippe METRAL BOFFOD sur ANNECY Nord Ouest.

Ce désamour du PS local, la terrible catastrophe nucléaire au JAPON, et le travail de fond réalisé depuis des années sur ANNECY pour implanter une écologie responsable ont bénéficié aux candidats écologistes de manière directe.

On n'oublie pas pour autant la montée du vote FN autour de 17%. Là comme ailleurs, l'électorat UMP le plus sécuritaire s'est "lâché".

Mais la particularité annécienne saute aux yeux : le FN est bien moins fort qu'ailleurs, le PS également, et le vote écologiste est en pleine ascencion, scrutin après scrutin.

Ce que je plaide depuis des années comme devant être l'ambition des écologistes est en train de se réaliser; celle d'occuper la place centrale qu'occupait la démocratie chrétienne dans le paysage politique haut savoyard avant les ralliements de l'UDF à l'UMP depuis une quinzaine d'années.

Lire la suite

Christian JEANTET et Anne HUGUET, première réunion

10 Mars 2011 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Politique locale

Presque autant de militants écologistes que de socialistes pour la première réunion de campagne des cantonales sur ANNECY NORD OUEST salle Yvette Martinet.

Cela n'est pas étonnant puisque le groupe local d'EUROPE ECOLOGIE avait voté en faveur du soutien de cette doublette et que l'entité politique savoisienne verte avait ensuite refusé d'avaliser ce choix et désigné des candidats parachutés sur ce canton bien spécifique, mi rural, mi urbain et qui fut longtemps un fief de la démocratie chrétienne.

Dépitée comme nous par ce déni de démocratie, Anne a rejoint CAP 21, le parti de Corinne LEPAGE, trop heureux de compter parmi ses membres une militante aussi engagée en matière environnementale et depuis bien longtemps.

Débat intéressant car Anne et Christian ont développé un programme consistant, adapté au canton, repris dans un dépliant de plusieurs pages.

Interpellés sur la question des JO, ils ont pu développer un argumentaire mesuré sur les valeurs de l'olympisme, sur le dévoiement de cet idéal par un CIO qui essaie de se racheter une virginité et sur les enjeux départementaux portés par la création de transports ferroviaires dignes de ce nom d'ici 2018.

Bref, un binôme solide.


Lire la suite

Rémy CHARDON, CHIRAC, et la QPC

6 Mars 2011 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Politique locale

Entendre reparler de M. Rémy CHARDON à l'occasion du procès de Jacques CHIRAC qui devrait débuter ce lundi, c'est revenir à l'ATMB (Autoroute et Tunnel du Mont Blanc) dont pour remercier M. CHARDON de son travail de directeur de cabinet de M. CHIRAC à la Mairie de PARIS, il le nomma directeur. Un directeur, qui pour succéder à M. BALLADUR, eut néanmoins moins de chance que lui. C'est en effet sous son règne que le tunnel brûla. Ce qui fit que M. CHARDON passa en jugement à BONNEVILLE dans un procès surréaliste où le seul sérieusement condamné fut celui qui osa exprimer ce qu'il pensait. Les autres firent amende honorable, parlèrent beaucoup pour ne rien dire et surtout ne rien expliquer de ce qui conduisit à la catastrophe. On y retrouva M. BREUIL, préfet de la HAUTE SAVOIE à la même époque et également ancien de la Mairie de PARIS. M. BREUIL passa entre les gouttes et ne fut cité au procès que comme témoin. Un témoin qui s'adressait à M. CHARDON en le tutoyant devant les magistrats qui ne s'en offusquaient même pas. Il est vrai que MM. CHARDON et BREUIL se connaissaient si bien depuis leur collaboration à l'Hôtel de Ville et dans l'association des amis de Jacques CHIRAC. Avec sa citation à comparaître dans le dossier des emplois fictifs, c'est ce passé parisien qui rattrape M. CHARDON... On apprend donc qu'il est resté fidèle à son avocat qui tente par le biais de cette Question préjudicielle de constitutionnalité fort bienvenue de sauver la mise de l'ancien patron de son client. Aux dernières nouvelles, M. CHARDON continuait d'être appointé par une société d'autoroute.
Lire la suite

Taxe générale sur les activités polluantes et incinération

4 Mars 2011 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Politique locale

 

Selon le CNIID, la Loi de Finances Rectificative (LFR) pour 2010, qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2011, marque un nouveau pas en arrière dans l’application d’une taxation incitative sur l’incinération et le stockage des déchets.


Pour l’incinération, l’augmentation de la TGAP est ralentie dès cette année, par rapport à la planification établie en 2008 : l’application du deuxième palier de taux, prévue pour 2011, n’interviendra qu’en 2012, les députés ayant introduit un tarif palier supplémentaire pour cette année.

 

 

Les installations certifiées ISO14001 ne paieront que 5,20 €/t au lieu des 6,40 prévus

 

Les installations présentant une « haute » performance énergétique (≥60% pour celles mises en services avant le 31 décembre 2008 et ≥65% pour les autres) et celles dont les émissions de NOx sont inférieures à 80 mg/Nm3 ne débourseront que 4,55€ par tonne de déchets incinérée, au lieu des 5,60 prévus.

 

Les installations qui cumulent deux ou trois de ces caractéristiques ne verseront que la somme de 2,60 €/t au lieu de celle de 3,20 €/t.

 

Cette décision récompense les collectivités qui, comme le SILA, ont mis en oeuvre les mesures permettant de bénéficier de ces allègements de charge sur l'incinération.


Mais elle est aussi d'une grande perversité car elle montre comment l'Etat peut modifier à tout moment une règle sensée influer sur la politique des déchets qui a besoin d'une lisibilité à long terme. Les investissements à réaliser (entre 60 et 80 millions d'euros pour le SILA) sont débattus sur des simulations de tarifs qui intègrent les différents paliers de la TGAP.

Ce type de décisions remet en cause tous ces calculs et rend encore plus difficiles une discussion qui doit être conduite dans le cadre de règles claires et d'engagements de long terme, notamment celles du prix de rachat de l'énergie produite par les futurs fours d'incinération. De ce point de vue, le SILA devra avoir signé une convention sur les vingt prochaines années pour pouvoir s'engager. Nous attendons encore la confirmation de la position d'EDF dans cette perspective.


 

 

Lire la suite

Fête du Lac, le TER aussi en fête !

3 Mars 2011 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Politique locale

Nos amis de l'ARDSL nous informent des mesures prises par la SNCF

pour la fête du Lac 2011; une bonne occasion de découvrir cette association qui oeuvre sans relâche pour les transports collectifs.

http://ardsl.over-blog.com/article-fete-du-lac-d-annecy-le-ter-sera-de-la-fete-68450150.html

 

Pour le match de la Coupe de FRANCE à GRENOBLE, on a aussi su mettre en place une offre sérieuse de transports ferroviaires...

http://ardsl.over-blog.com/article-les-supporteurs-de-chambery-en-gare-de-gieres-68532603.html

 

Qu'attend l'ETG ?

Lire la suite

EELV crée une énorme pagaille au Conseil régional

25 Février 2011 , Rédigé par Thierry BILLET Publié dans #Politique locale

En ne votant pas certaines délibérations hier, et en quittant la séance ce matin  (sauf une ) pour soutenir des agents en grève, ce qui a permis au Front National puis à l'UDC de faire constater que le quorum n'était pas atteint en plénière...et de faire s'interrompre la séance, Les Verts ont créé une énorme pagaille à CHARBONNIERES...

Certains élus EELV militent aujourd'hui clairement pour une sortie de la majorité régionale. Espérons que la sagesse reviendra.

Le problème politique posé est celui de la capacité des élus écolo à faire vivre une majorité régionale avec le PS au lieu de tenter de toutes les manières de dénoncer le dit Parti socialiste.

Dans cette cacophonie, les élus du FRONT de GAUCHE regardent les Verts avec des yeux ronds, incapables de comprendre leur stratégie.

Les journalistes confient qu'ils ne comprennent pas non plus, estimant que la principale préoccupation est celle de régler les comptes entre les VERTS grenoblois et le PS de l'ISERE après le choix  insensé de M. DESTOT de les virer de la majorité municipale au profit du MODEM.

http://www.leprogres.fr/politique/2011/02/26/conseil-regional-la-majorite-de-gauche-au-bord-de-l-implosion-2

 

Et aussi :

 
Dauphiné Libéré
Enviscope
 
Lyon-actualités.fr
 
Enviscope
 
Enviscope
  
Enviscope
Lyon Capitale
 

Sylvie Gillet de Thorey, en diffusant ce communiqué de presse sur la séance d'hier, ne se doutait sans doute pas que ce serait pire aujourd'hui. 

Les électeurs ont désigné au 2° tour des régionales une majorité composée d'EUROPE ECOLOGIE et du PS sur la base d'un programme commun. Il est de la responsabilité de chacune des composantes de cette majorité d'assumer avec constance le mandat qui leur a été donné. Le débat entre les composantes de la majorité régionale doit exister, mais la succession des incidents publics sème le trouble et favorise le FN et l'UMP qui n'attendent que cela pour dénoncer l'immaturité politique des écologistes et la faiblesse structurelle de la majorité régionale.

 

 Après une journée d’Assemblée Plénière, de nombreuses questions se posent quant aux réelles intentions du groupe Europe EcologieLes Verts (EELV). Pour d’obscures motivations politiciennes, que nous n’osons imaginer être liées aux élections cantonales de mars, EELV a fait aujourd’hui clairement le choix de pénaliser les Rhônalpins les plus fragilisés au regard de l’emploi et la formation et de ne pas soutenir les stratégies du mandat autour de l’économie, de l’enseignement supérieur et de la recherche, sujets essentiels pour l’avenir de RhôneAlpes.

Dès ce matin, en commission permanente, au motif d’une répartition jugée inaboutie sur un million d’euros, EELV a voté contre un rapport déterminant la répartition des crédits consacrés aux Contrats Territoriaux Emploi Formation (CTEF), entraînant le rejet de ce dernier. Concrètement, ce sont 39 millions d’euros (montant de l’enveloppe consacrée aux CTEF) qui ne pourront pas être répartis dans les territoires, et par la même des centaines de projets qui ne verront pas le jour dans les semaines à venir : ministage et parrainage en entreprise, forum des métiers, programme d’insertion pour les femmes dans les quartiers CUCS ou encore financement du permis de conduire pour des jeunes en formation.  

Quelques heures plus tard, et bien qu’ayant salué le travail d’élaboration collective réalisé avec le Viceprésident Thierry PHILIP sur la Stratégie Régionale de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation (SRESRI), n’a pas voulu voter ce rapport. Une provocation médiatique valant visiblement mieux que le soutien au développement des universités, l’amélioration des conditions de vie des étudiants et l’avenir de la recherche rhônalpine.

C’est sur la Stratégie Régionale de Développement Economique et d’Innovation (SRDEI) que EELV a joué son dernier coup de la journée, en s’abstenant sur la délibération, après avoir vainement tenté de remettre en cause les objectifs de croissance. Cette abstention traduit une incompréhension des enjeux du développement de notre région et des préoccupations de ses citoyens, au profit de réflexions de nature purement idéologique. Ces deux délibérations, qui avaient obtenu un regard favorable des partenaires sociaux et des collectivités territoriales, ont été adoptées malgré l’opposition de la droite UMP et du Front National.

Les conseillers régionaux socialistes sont déterminés à faire avancer RhôneAlpes à travers ces actions pour l’emploi, la formation et un développement économique qui valorise tous les atouts de la Région. Il y a là des enjeux plus positifs que des postures bien éloignées de l’intérêt général.

 

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>